Inondation à Keur Masar : Abdala 3, Aladji Pathé, à la merci des eaux

0
178

Entre maisons inondées, familles délogées par les eaux de pluies et relogées dans des écoles, chez des voisins, structure de santé fermée, insécurité et diktat des agresseurs et des serpents, etc. Aladji Pathé et environs subissent de plein fouet les affres des inondations. Ce vieux quartier de Keur Massar, en proie aux inondations depuis 2012, demande de l’aide (canalisations) de l’Etat dont il continue de souffrir de la «non-assistance».

«Notre quartier, Aladji Pathé, fait partie des quartiers les plus anciens de Keur Massar qui  est une  zone d’eau. Nous vivons ici une vie très difficile depuis des années. Plusieurs personnes ont déménagé dans les écoles jusqu’à ce que leurs maisons soient libérées des eaux.» S’exclame un jeune homme qui apparemment vit une situation difficile. Un cri du cœur qui en dit long sur quotidien des habitants de Aladji Pathé en proie aux inondations. Un quartier de Keur Massar qui fait partie des nombreuses victimes de cet hivernage pluvieux.

Alors que les équipes de pompage s’activent partout surtout le terrain dans le département, les pluies enregistrées au quotidien (diurnes comme nocturnes) durant toute la semaine écoulée ne facilitent pas la tâche. Entre nouvelles maisons, routes et rues inondées, espaces envahies par les eaux, compliquant la mobilité, la situation se complique davantage et les dégâts s’accentuent. «D’ailleurs la saison des pluies s’en va ; mais n’empêche l’eau reste toujours. Nous demandons de l’aide à l’Etat pour qu’il nous procure des canalisations. Nous sommes tellement fatigués, même nos mères tombent parfois en marchant dans l’eau, sur des briques juxtaposées. Un jour, une vielle femme est tombée ici et s’en est sortie avec une jambe fracturée ; cette dernière marche à l’aide d’un bâton. Nous vivons dans cette situation depuis longtemps», lance notre interlocuteur.

INSECURITE : AGRESSEURS ET SERPENTS FONT LA LOI

Et d’alerter sur l’insécurité à cause des agressions et de la présence de reptiles dangereux dans les eaux stagnantes. «Moi-même qui vous parle, j’habite dans ce quartier depuis 10 ans et ce désastre, je l’ai trouvé ici. Par ailleurs, nous avons pris sur nous la volonté de lutter contre ces inondations dans ce quartier. Nous subissons même des agressions à cause de ces inondations que nous vivons ; en fait c’est une source insécurité totale : en plus des maisons abandonnées et squattées par des malfrats, il y a des serpents dans l’eau. Franchement, nous sommes fatigués de cette situation et nous implorons de l’aide à l’Etat», confie-t-il.

Mariama, une autre victime de la furie dévastatrice des eaux de pluies, ne décolère pas. «J’ai tout perdu. Rien n’est sorti, l’eau a tout endommagé. Nous vivons dans une situation très compliquée car l’eau nous a obligés de quitter notre maison. D’ailleurs on nous a prêté une chambre pour qu’on puisse avoir où dormir. Je demande vraiment de l’aide à l’Etat afin de récupérer notre maison», fulmine cette dernière qui promène un regard de lassitude et de désolation sur l’état pitoyable de sa maison.

«NON-ASSISTANCE» DE L’ETAT

C’est le même constat dans les autres maisons dudit quartier. Selon Léopold Mané, également victime de ces inondations, «c’est une situation vraiment catastrophique ; mais nous vivons avec ce désarroi. Et puis, comment faire ? Nous n’avons rien. Bon tu peux acheter ton terrain et puis tu te rends compte que c’est une zone d’eau, c’est notre destin ; nous sommes obligés de nous y habituer ou trouver un autre endroit qui est mieux qu’ici, ce qui est impossible car nous n’avons pas les moyens. En fait, ce n’est pas seulement cette année, mais les inondations ici remontent plutôt depuis 2012. J’aurais dû souhaiter vraiment achever mon chantier pour pouvoir y habiter car la location est trop chère. Je souhaite que Dieu m’aide à surmonter cette situation, je demande aussi de l’aide à l’  Etat. Nous voulons un peu de force pour nous sortir de cette situation, nous avons besoin des lampadaires pour renforcer la sécurité dans ce quartier.»

Toujours dans ce quartier,  Khadim Camara en remet une couche, en dénonçant la «non-assistance» de l’Etat. «Notre quartier est dans cette situation compliquée depuis 2012. Et puis, tout ce temps, nous n’avons reçu aucune aide venant de l’Etat. Certes, les Sapeurs-pompiers font des efforts pour nous aider à surmonter ces moments  difficiles ; mais cela ne suffit pas. Nous aussi avons pris, sur volonté propre, la décision de faire face à toutes ces difficultés, avec les Sapeurs-pompiers, tout en entrant dans l’eau malgré tout les problèmes que nous renconterions. Ce qui est plus malheureux, c’est qu’aucune des autorités n’a pris la volonté de nous aider. Nous vivons dans l’insécurité, comme l’a souligné mon voisin tout à l’heure, on est obligé de se réveiller à 4h du matin pour pouvoir accompagner nos parents qui vont au marché ; rien que pour assurer leurs sécurités et les épargner des agressions.»

«CES DERNIERS TEMPS, NOUS AVONS FERME NOTRE HOPITAL A CAUSE DE L’EAU ET…»

Ce quartier a payé un lourd tribut aux inondations. C’est ce qui fait  dire à Khady Diagne que «cette situation est difficile, très difficile même. Surtout nous qui sommes des acteurs de santé dans ce quartier et qui entrons dans les maisons pour faire des recensements. Mais c’est tout à fait un problème pour effectuer nos travaux car nous n’avons même pas où poser les pieds. En ce moment, il y a des gens qui ont quitté leurs maisons pour aller se réfugier ailleurs à cause de l’inondation. Ces derniers temps, nous avons fermé notre hôpital à cause de l’eau et nous sommes obligés de louer une maison pour pouvoir soigner les malades. En fait, c’est des canalisations dont nous avons besoin et non pas de l’argent».

Fatima Dieng fait partie de ces familles qui ont quittés leurs maisons, elle demande de l’aide. «Ma maison est là-bas, je l’ai quitté depuis longtemps. En effet, vivre dans ces conditions est vraiment compliqué. D’ailleurs chaque année je  suis obligé de quitter  ma maison pour aller vivre dans les écoles. Sur ce nous demandons de l’aide aux autorités.»

«CE N’EST PAS LA PLUIE QUI NOUS INONDE, MAIS PLUTOT L’EAU QUI VIENT DES AUTRES ZONES»

Habibatou, une victime de ces inondations de renchérir : «je vis dans cette maison avec ma famille depuis 2015. Chaque année, c’est comme ça et nous sommes vraiment obligés de nous y habituer car nous n’avons nul part  où aller. Nous sommes fatigués, il faut que  les autorités nous viennent en aide.»

Un père de famille dévasté par les inondations, Pape Loum, souligne, pour s’en désoler, que ce sont les eaux en provenance d’autres quartiers leur problème et non la pluie. «C’est une situation très désagréable ; ce n’est pas la pluie qui nous inonde, mais plutôt l’eau qui vient des autres zones. Je vis dans cette situation depuis 5 ans et chaque année j’évacue ma famille dans un autre quartier, ce qui est vraiment désolant pour moi. Nous implorons de l’aide à l’Etat.»

 

EGUE SY (STAGIAIRE)

 

Leave a reply