Insertion des jeunes défavorisés : 60 jeunes formés aux métiers du numérique par les éclaireurs du Sénégal

0
883

Dans le cadre de sa politique de récupération des jeunes défavorisés, l’Association des éclaireurs du Sénégal a offert une formation d’une année à des jeunes désœuvrés pour leur accorder une seconde chance.

Plus d’une soixantaine de jeunes sénégalais ont été formés aux métiers du numérique et de la production audiovisuelle. Cette formation offerte par la Maison des éclaireurs s’inscrit dans le cadre des projets « Fab Lab » mis en œuvre avec la fondation Sonatel. « La maison de l’éclaireur abrite le fab lab  qui est un projet financé par la fondation orange à la suite d’un appel à projet. C’est un espace procréatif où l’on forme les jeunes sur les métiers du numérique mais au-delà c’est un espace ouvert qui leur permet de partager leur savoir, de développer des projets numériques. Ils sont aussi accompagnés sur le développement personnel », explique Mbakhane Diop, directeur de la Maison de l’éclaireur. Les fab labs sont un réseau de laboratoires locaux, destinés à rendre accessibles les outils du numérique qui facilitent la création des contenus au jeunes. Cette formation, qui est la première du genre, organisée par le réseau des éclaireurs qui s’appuie sur des projets et sur l’apprentissage par les pairs qui incite les jeunes à capitaliser des connaissances et les partager avec les autres utilisateurs. Ce qui permet de mettre en place une chaine de solidarité dans le savoir. « On a eu à former pendant une année des jeunes sur les métiers du numérique en passant par l’initiation à l’informatique, par la création de site web tout ce qui est sérigraphie, infographie, électricité etc. Et on les accompagne. Au bout du compte on a eu à former 60 jeunes », a expliqué M Diop.

Tafsir Fall de la fondation Sonatel venu superviser la remise des attestations dira que l’intérêt de cette formation était de donner aux jeunes les outils de s’occuper et les préparer en même temps à une insertion dans un secteur porteur. Il s’agit de donner une nouvelle chance à de nombreux jeunes qui ont décroché dans le cursus scolaire normal. « C’est pour apporter une aide aux jeunes. La Sonatel a préféré les récupérer au niveau du fab lab et de les former, leur donner une autre chance pour qu’ils accèdent dans la vie professionnelle. C’est un, espace d’apprentissage mais aussi de travail. La formation subie dans un Fab lab peut servir à mettre en place un projet technique d’envergure national, et même au-delà, car le fab lab, le savoir-faire peut intéresser d’autres pays », a expliqué M. Fall.

Les bénéficiaires ont souligné l’importance et l’intérêt de ces formations qui leur permettent déjà d’avoir de petits marchés dans les secteurs comme la sérigraphie et la réalisation de certains supports. « Les modules que j’ai eu à suivre ont été vraiment très bénéfiques pour moi dans la mesure où ça me permet actuellement de pouvoir prendre des commandes par exemple en sérigraphie, je prends déjà des commandes de t-shirt », a expliqué El Mactar Diagne, un des récipiendaires.

 

WORE NDOYE

Leave a reply