Instabilité politico-militaire au Burkina Faso : le Colonel Babacar Diouf livre les raisons

0
407

Selon le Colonel de l’armée de l’air à la retraite Babacar Diouf, l’instabilité politico-militaire qui règne depuis quelques temps au Burkina Faso n’est pas le fruit d’un hasard. Invité de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) hier, dimanche 02 octobre, l’officier supérieur de l’armée sénégalaise qui répondait à une interpellation sur les causes du nouveau coup d’état militaire contre la junte du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a pointé l’«enchevêtrement entre les officiers de l’armée et les politiques, marqué par des tentatives d’instrumentalisation de part et d’autre» et le ras le bol des populations qui ne semblent pas apprécier la forme de coopération avec les pays occidentaux.

Alors que la démission du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba à la tête du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) qui a perpétré le coup d’état militaire du 24 janvier 2022 contre le président Roch Marc Christian Kaboré, au profit du jeune capitaine de 34 ans, Ibrahim Traoré, a fait renaitre en début d’après-midi de la journée d’hier, le calme à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, le colonel de l’armée de l’air sénégalaise à la retraite, Babacar Diouf, nous livre sa lecture des causes du nouveau coup de force de l’armée et les manifestations de soutien aux responsables de la junte qui s’en sont suivis. Invité de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) hier, dimanche 02 octobre, l’officier supérieur de l’armée sénégalaise a pointé du doigt l’«enchevêtrement entre les officiers de l’armée et les politiques, marqué par des tentatives d’instrumentalisation de part et d’autre» et le ras le bol des populations et l’expression d’un rejet de la coopération avec la France après plus de 60 ans de compagnonnage sans effets pour le pays confronté à la percée du djihadisme.

« Sincèrement, je pense que les populations en ont ras le bol des régimes autoritaires, ras-le-bol des régimes militaires. Je peux vous dire qu’elles ont choisi leur camp, elles voient les militaires un peu comme des instruments qui leur permettraient de revenir à la case départ pour le construire. On se retrouve dans un cercle vicieux qui ne règle pas la situation, il est temps que les gens voient non seulement leur pays dans le monde mais qu’ils voient aussi l’action des grandes puissances », a souligné le colonel Diouf. Poursuivant son analyse, Babacar Diouf n’a pas manqué de déplorer l’absence de solidarité entre les Etats qui, selon lui, est à l’origine de la faiblesse des Africains face aux grandes puissances qui ont l’habitude de jouer aux pompiers pyromanes en prenant notamment les pays faibles pour de sortes de stations-service où elles passent faire leur provision pour un long voyage. « Le Sénégal, le Mali, la Guinée, peuvent avoir des différends internes entre États, mais quand une menace extérieure se présente, ces pays doivent pouvoir se réunir pour agir ensemble. J’ai dit ça à propos du G5, je pense que le temps me donne raison. J’ai toujours estimé que c’était une aberration ».

Par ailleurs, le colonel Babacar Diouf n’a pas manqué de déplorer également l’attitude de la CEDEAO qui, selon lui, « n’a jamais réellement pris en compte les dictatures politiques ou les prises de pouvoir par la force tant que c’est au niveau politique ». Poursuivant son propos, l’officier supérieur de l’armée sénégalaise à la retraite souligne que ce déséquilibre dans le traitement des prises de pouvoir pourrait expliquer le décalage qui existe entre la Cedeao et les populations qui ne font pas de « différence entre coup d’état militaire et dictatures politiques ». « Les gens ne veulent ni de régime dictatorial, ni de régime militaire. Ils veulent des régimes démocratiques qui pratiquent la bonne gouvernance où les droits de l’homme sont respectés », a-t-il martelé.

NANDO CABRAL GOMIS

 

Leave a reply