Insuffisance cardiaque : une tueuse en progression

0
236

L’insuffisance cardiaque est très courante chez la population sénégalaise.  Ils sont nombreux des gens qui en souffrent sans en être diagnostiquer. Selon des cardiologues, le Professeur Bamba Ndiaye et Dr Mounir Dia, elle est l’aboutissement de toutes les maladies cardio-vasculaires comme la haute tension artérielle, les crises cardiaques. Pour une meilleure connaissance de sa santé, ces praticiens ont animé un atelier hier, mardi 9 juillet 2024 avec Global Norvartis à Dakar en collaboration avec l’association des journalistes en santé, population et développement (Ajspd).

De plus en plus des sénégalais souffrent d’insuffisance cardiaque qui peut s’aggraver et conduire à la mort s’elle  n’est pas bien prise en charge ou encore déceler tôt. Les causes de cette insuffisance sont nombreuses et peuvent s’aggraver si la personne souffre de maladie chronique non contrôlée dont l’hypertension. Pour une bonne sensibilisation des personnes pour une prise de conscience de leur santé  Global Novartis et Medecine ont tenu hier, mardi un atelier de sensibilisation sur la question, accompagnés des cardiologues le professeur Bamba Ndiaye et Dr Mounir Dia.  Selon les deux praticiens, le patient souffrant d’insuffisance cardiaque éprouve  un besoin impérieux de s’appuyer sur plusieurs oreillers pour respirer en position demi-assise, voire assise les jambes pendantes au bord du lit, ou dans un fauteuil. Cependant, on peut aussi noter le patient qui n’éprouve aucun gène dans la vie courante, il y en a d’autres qui l’éprouvent que lorsque les efforts importants de la vie courante sont effectués comme la marche rapide ou la montée de plus de deux étages. Selon, les médecins, il ne faut jamais négliger quelqu’un qui éprouve des douleurs au cœur. La situation peut s’aggraver brusquement et conduire à des attaques cardio-vasculaires.

Pour Dr Mounir Dia, cette insuffisance cardiaque peut s’accompagne d’une toux ramenant une expectoration mousseuse, blanchâtre ou rosée ne soulageant pas cette difficulté respiratoire. « Le patient, souvent agité est couvert de sueurs, est obligé de s’assoir, jambes pendantes au bord du lit. La congestion pulmonaire peut prendre l’aspect d’une crise d’asthme avec une bradypnée expiratoire, une orthopnée, une toux peu productive et un mélange de râles sous-crépitants et sibilants à l’auscultation pulmonaire. La congestion pulmonaire peut prendre l’aspect d’une crise d’asthme avec une bradypnée expiratoire, une orthopnée, une toux peu productive et un mélange de râles sous-crépitants et sibilants à l’auscultation pulmonaire » a fait noter le Pr Bamba Ndiaye.

Comment éviter ou amoindrir l’insuffisance cardiaque

Pour un meilleur contrôle de sa santé, les médecins ont conseillé une réduction de la consommation  du sel à moins de 5g / jour. De favoriser la consommation d’aliments frais ou congelés non salés. « Beaucoup d’aliments fabriqués ont une forte teneur en sel » a fait remarquer Pr Ndiaye.  Et d’ajouter : « choisir la consommation de poisson au détriment de la viande. A défaut en consommer de la volaille tout en évitant les viandes rouges ».

Prévalence de la maladie

Selon la directrice régionale Novartis-Cluster Afrique de l’ouest francophone, Manon Karamoko Coulibaly avec 24% de prévalence d’hypertension artérielle au Sénégal, la population à risque de développer une insuffisance cardiaque est de plus en plus élevée. « Le spectre de l’insuffisance cardiaque en Afrique présente plusieurs particularités, en ce sens que la maladie concerne souvent une population beaucoup plus jeune que dans les pays développés » a-t-elle souligné. Pour Mme Coulibaly, Novartis s’attèle à identifier les besoins non satisfaits et à investir dans la recherche, le développement de traitements novateurs, le renforcement des capacités des professionnels de santé, et la sensibilisation à grande échelle, afin d’améliorer et prolonger la vie des patients. « Nous travaillons en étroite collaboration avec des chercheurs, des professionnels de la santé et des organisations partenaires pour faire avancer les connaissances et mettre au point des solutions thérapeutiques de pointe » a-t-elle déclaré.

 

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply