Intégration au Sénégal : le quotidien difficile et chargé des étudiants étrangers à Dakar

0
158

Depuis la période coloniale, qui a vu beaucoup de cadre de l’Afrique occidentale française (AOF) formés au Sénégal, notre pays continue d’être une terre d’accueil pour bon nombre d’étudiants étrangers qui viennent y poursuivre leurs études supérieures. Connu pour son amabilité légendaire, le pays de la «Teranga» séduit ces derniers, grâce à son excellente qualité d’enseignement et à sa formation accessible à toutes les bourses. Sur place, les étudiants étrangers sont amenés à s’intégrer tant dans la vie sociale que dans la vie estudiantine, certes. Mais ils rencontrent également des difficultés.

En cet après-midi ensoleillé, au campus 3 de l’Institut d’Entrepreneurship et de Gestion (ISEG), (privé) l’ambiance est plutôt bruyante. On peut entendre les ronronnements d’une bétonnière, dus aux travaux de construction qui sont effectués à proximité. Devant l’établissement, le gardien et un homme discutent. L’institut, à l’image de plusieurs autres établissements d’enseignement supérieur publics et privés y compris les universités publiques,  accueille, depuis plusieurs années, divers étudiants étrangers.

Réputé pour son hospitalité, son abordable coût de la vie,  sa bonne qualité et son attirante offre de formation, le Sénégal est devenu depuis plusieurs années l’une des premières destinations d’études pour les étudiants étrangers provenant en majorité d’Afrique Subsaharienne. Cependant l’intégration des étudiants étrangers à Dakar a-t-elle toujours été une réussite ? Eléments de réponses avec quelques étudiants interpellés.

C’est le cas de Mangué Mouhamad, étudiant d’origine Tchadienne depuis 4 ans à Dakar. Vêtu d’un «yéré wolof» (tenue traditionnelle) marron et des tongues noires, il s’est inscrit en Comptabilité et Gestion  Licence 3 ; il  nous reçoit dans le bureau d’assistant technique, poste qui lui a été confié par l’administration, outre son statut d’étudiant. Il n’a pas eu du mal à s’intégrer au sein du milieu social et estudiantin dans lequel il vit. «Cela fait 4 ans que je suis à Dakar. Je n’ai pas eu du mal à m’intégrer car que je suis venu ici vivre avec ma famille, ensuite à l’école l’intégration n’a pas été difficile pour moi car je suis une personne assez sociable. Quelques jours après mon arrivée, je me suis fait beaucoup d’amis tels que : des Sénégalais, Gabonais, Congolais et autres», confie-t-il.

Et d’ajouter : «au bout de 3 à 4 mois, j’ai commencé à parler wolof car je ne côtoyais que des Sénégalais ; à la maison, mes frères parlent wolof, cela m’a permis d’apprendre plus vite… Aujourd’hui, il y a certains mots que je comprends et d’autres pas ; à présent, quand on m’aborde en  wolof, je peux répondre comme un Sénégalais». Pour ce qui est de la nourriture et de la musique, il décline ces goûts. «En ce qui concerne la nourriture locale, je mange tous les plats Sénégalais, sans aucune exception. J’écoute Bass Thioune, Dip, Dias Diop Baye Mass, Wally Seck. Pour ce qui est de l’habillement, j’aime bien porter le ‘’yéré wolof’’», raconte-t-il pour montrer qu’il s’est bien intégré.

Grégoire Tadjoke est ressortissant Togolais. Il est étudiant en Droit Privé, Licence 3. Teint noir, vêtu d’un jean et d’une chemise bleu, portant un sac à main noir, étudiant à l’université Amadou Hampaté Bâ, reconnaît lui aussi s’être facilement inséré dans la capitale Sénégalaise. «Il faut savoir que le Sénégal est un pays très hospitalier ; donc je n’ai pas eu de difficultés à m’intégrer, la communication a été très facile. Je me suis facilement inséré car je me suis fait des amis et j’ai aussi retrouvé quelques condisciples Togolais avec qui j’essayais d’échanger. Je me suis fait également des amis Sénégalais, qui sont très accueillants, très aimables.»

Par contre, relève Grégoire Tadjoke, «à l’université, cela a été un peu compliqué puisque je suis étranger, c’était difficile d’être nouveau bachelier. J’avais un peu peur d’affronter la faculté pour la première fois mais, comme je le disais tantôt, avec les amis que j’ai pu me faire et la chance d’avoir des grands-frères qui avaient déjà étudié au sein de cette université, ils m’ont aidé et prodigué de nombreux conseils. Ce qui a facilité mon intégration au sein de l’université.» Interpellé sur ses préférences pour la cuisine et la musique sénégalaises, Grégoire Tadjoke déclare : «je consomme des plats locaux tels que le ‘’ceebu jën’’ (riz au poisson), ‘’ceebu ginaar’’ (riz au poulet), ceebu yapp (riz à la viande), le yassa (riz au poisson grillé), le dibi ;  disons que je mange tous les plats sénégalais à base de riz, à l’exception du riz à la sauce gombo. J’écoute Wally Seck et quelques rappeurs Sénégalais», explique-t-il

UN QUOTIDIEN PARTAGE ENTRE ETUDES ET BOULOT POUR FAIRE FACE AUX DIFFICULTES

La plus part des étudiants arrivant au pays de la «Teranga», plus précisément à Dakar consacre la majorité de leur temps aux études, d’autres profitent des moments de liberté pour décompresser, afin d’avoir un équilibre dans leur vie quotidienne. Abigaëlle Tokarne, d’origine Centrafricaine, étudiante en Management, a un planning journalier assez chargé. «J’ai cours du lundi au vendredi, de 8h à 17h ; une fois à la maison, je fais une sieste jusqu’à minuit. Au réveil, je révise les cours que j’ai faits durant la journée puis je me rendors jusqu’ à 5h du matin, heure à laquelle je me lève et me prépare à aller aux cours. Les samedis, en matinée, je rends souvent visite à mes proches pour me défouler un peu, et le soir je me mets à réviser de nouveau. Le dimanche, je  fais mes tâches ménagères, puis je prépare la semaine qui va suivre et le soir je me remets à apprendre mes leçons», narre-t-elle.

Tylane Nzoghe, étudiant gabonais, détient également un planning journalier très garni. «Mon planning est très chargé, être étudiant étranger est difficile. J’ai deux boulots, outre mon statut d’étudiant. On aspire à être indépendant. Il arrive que je cesse les cours pour me rendre au boulot car ce dernier me permet de subvenir à mes besoins. Je commence les cours généralement vers 8h pour terminer à 15h. Ensuite, pour mon premier boulot, je vais à une agence panafricaine de conseil en orientation scolaire et professionnelle, octroyant des bourses de réductions au Sénégal et dans d’autres pays. Mon contrat avec l’agence stipule que je dois travailler deux jours au bureau et le reste sur le terrain de 15h à 17h. Une fois à la maison, je me repose, avant de me rendre à mon deuxième emploi dans le secteur de l’évènementiel, de 23h à 06h du matin», confie-t-il.

LES SURCHARGES ET ENCOMBREMENTS DANS LES MINIBUS TATA, LE CASSE-TETE DU TRANSPORT

Bien que la majorité des étudiants parviennent tant bien que mal à s’intégrer sur le plan social, estudiantin et culturel, force est de reconnaitre que les difficultés ne manquent pas. Régine Assomo, ressortissante Camerounaise, ayant récemment soutenu son Master 2 en Transport-Logistique s’est heurtée à des difficultés dans le domaine des transports et d’ordre gastronomique. «Les bus qu’on appelle généralement les Tatas sont toujours bondés et moi je n’étais pas vraiment habituée à cela. Dans mon pays, ce ne sont pas les mêmes conditions. J’ai été mise sur le fait accompli car il fallait s’adapter au mode de transport. J’ai eu également un problème au niveau de l’alimentation, je me suis rendu compte qu’au Sénégal, on mange le riz tout le temps. Ce n’était pas évident, mais on a été obligés de s’adapter à la situation», fait-elle remarquer.

Quant à  Jonathan Dzon-Obouka, étudiant Congolais, il déclare avoir connu des problèmes de nature climatique, météorologique et sur la question des transports. «Je ne suis pas habitué au climat de Dakar ; je suis arrivé au Sénégal en début de saison sèche. Ça a été très difficile pour moi car je n’y étais pas habitué. Il y a également la poussière. Je ne savais pas qu’il y en avait énormément ici, au Sénégal ; je ne supporte pas, ça m’étouffe. De plus, ce qui m’a dérangé, c’est la qualité de leurs bus -Tata. Dans mon pays, c’est différent. Ils prennent de vielles voitures pour y mettre de nouveaux moteurs, cela m’a un peu choqué. De même, ceux qui gèrent les bus, les contrôleurs, parfois ils ne se douchent pas, leurs odeurs corporelles sont nauséabondes. On est entassés, j’ai du mal à supporter la chaleur et les odeurs. Souvent, t’es vêtu en blanc et tu te salis, c’est vraiment désagréable».

LES BARRIERES DE LA LANGUE, L’ACCES ET LE COUT ELEVE DU LOYER

Les autres contraintes auxquelles nombre d’étudiants étrangers ont eu à faire face sont celle de la barrière linguistique et l’accès au logement. Juniors Bangah admet avoir souffert de la barrière de la langue, son bailleur et à trouver un lieu d’habitation. «Je me suis rendu compte que c’est difficile de communiquer avec les nationaux, quand on ne parle pas le wolof. Lorsque j’ai pris ma première chambre, je n’ai fait qu’un mois car j’ai eu des soucis avec le bailleur. Il était tellement compliqué, nous mettait trop de pression, des règles contraignantes, on n’avait interdiction de recevoir des invités à la maison ; ce qui m’a poussé à déménager. Et aussi, ça été très difficile de trouver un logement», indique-t-il.

Célia Louppe, de nationalité Congolaise, étudiante au Centre de Coaching Africain (CCA), dit s’être mal débrouillée. En effet, elle a dû faire face à des conflits de cohabitation et s’est efforcée de trouver un endroit où vivre. «Ça été très éprouvant pour moi de vivre avec une personne que je ne connaissais pas, nous avons eu de nombreux problèmes, nous ne entendions pas, ce qui m’a poussé à quitter chez elle, cela a été très dur pour moi. Il y a aussi eu cette difficulté à trouver un logement, à Dakar ce n’est vraiment pas facile d’en acquérir», regrette-t-elle.

LA CHERTE DE LA VIE A DAKAR, L’AUTRE TRACAS

 

En plus, des problèmes liés à la cohabitation, des étudiants étrangers peinent également à trouver des logements, du fait du prix exorbitant du loyer. Aussi se plaignent-t-ils du coût de la vie qui ne fait qu’accroître, surtout dans la capitale Sénégalaise. Fahad Ahmed, étudiant Comorien explique : «tout étudiant étranger peut le confirmer. A Dakar, le coût de la vie est dur. En ce qui concerne les prix des loyers, ils sont très exorbitants, trop chers, c’est exagérant. J’ai une petite chambre s’élevant à 65 000 F CFA ; pour un étudiant étranger, c’est trop cher. Il y a l’école à payer et l’alimentation, ce n’est pas du tout facile».

Les propos de Fahad Ahmed sont confirmés par Mohamed Soidroudine. «Les loyers au Sénégal sont vraiment chers, on trouve difficilement un loyer à 70 000 F CFA. Et si cela arrive, c’est rare car un loyer à ce prix fait l’objet de convoitise pour s’en procurer. Les prix des loyers augmentent constamment. Le coût de la vie l’est tout autant», informe-t-il.

Certes, le Sénégal a une longue tradition de pays de choix, depuis plusieurs générations, pour des étudiants étrangers venant y poursuivre leur cursus universitaire. Toutefois, la question est de savoir combien sont-ils à rester travailler, entreprendre au Sénégal ou à retourner dans leur pays d’origine afin d’y exercer ?

Chrisay EBANG (Stagiaire)

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :