Intensification de la production laitière : Macky Sall réceptionne 1200 nouvelles génisses

0
1355

Le chef de l’Etat a procédé a réceptionné officiellement 1200 génisses gestantes. Il s’agit de vaches de races normandes, des montbéliardes, des Holstein, des jersiaises et des brunes des alpes. La cérémonie de réception a eu lieu samedi au siège de l’Association nationale pour l’Intensification de la production laitière

Ces sujets à fort potentiel laitier ont été acquis dans le cadre d’un partenariat public-privé entre l’Etat du Sénégal, à travers les ministères de l’élevage et des Finances et l’Association Nationale pour l’Intensification de de la production laitière. Cette opération est la quatrième importation depuis 2017, depuis la signature de la convention entre l’ANIPL et l’Etat. Une convention, à travers laquelle l’Etat apporte une subvention de 50% à l’achat des sujets par l’ANIPL.  A travers ce partenariat et cette politique d’importation de ces génisses, l’Etat vise à atteindre l’autosuffisance en lait, qui est un point important de la politique de souveraineté alimentaire et du pacte de souveraineté qui a été adopté lors du dernier sommet Dakar2 sur l’alimentation de L’Afrique. Dans ce cadre, Macky Sall a annoncé l’augmentation du nombre de têtes à importer pour l’année prochaine, en portant le nombre à 2500. « Les chocs exogènes telles que la pandémie Covid19 et les guerres ont fini de nous rappeler qu’un pays doit impérativement avoir la maitrise de son alimentation. C’est la raison pour laquelle j’ai récemment décidé de renforcer cette opération d’importation de génisses gestantes à haut potentiel laitier qui, avec l’accroissement d’une population de métisses notamment par le biais de l’insémination artificielle et l’amélioration du potentiel de nos races locales constituent les principales lignes d’action de la stratégie d’amélioration de notre production laitière. Dès lors, j’ai décidé d’augmenter substantiellement le budget affecté à cette opération afin de porter le nombre de sujet importés de 1200 à 2500 par an et porter la subvention de 30 à 50%. Donc, pour l’année prochaine nous aurons 2500 génisses gestantes pour lesquelles l’Etat paiera les 50% de la valeur » a annoncé le Président Sall.

Revenant sur les raisons de ce soutien à l’ANIPL et au secteur privé de l’élevage, en général, pour intensifier durablement la production laitière, le Président de la République dira que cela s’explique par le fort potentiel que secteur renferme dans la création au sein de cette chaine valeur en terme d’emplois durables et de revenus décents, notamment pour les jeunes et pour les femmes.  Cette opération n’est pas une première, c’est la quatrième opération menée par l’ANIPL. Dans son discours, le président a rappelé les efforts déjà consentis par l’Etat dans les précédentes opérations d’importations de génisses.  Ce sont 3319 génisses qui ont été importées lors des opérations précédentes, en 2017, 2019 et 2021. Une politique très rentable qui a permis au gouvernement de réaliser des économies substantielles. « Je voudrais souligner l’originalité de l’effet levier de cette forme de partenariat par rapport à l’achat direct de génisses par l’administration. Cette commande groupée permet d’acquérir à la fois un nombre beaucoup plus important de sujets de qualité et à moindre coût, grâce aux économies d’échelle. De plus, outre les races pures composées de sujets ici présents des Holstein, des montbéliardes, des jersiaises des brunes des alpes mais également des normandes, l’ANIPL a pris l’heureuse initiative d’importer des taureaux et des chèvres laitières et même des moutons, au frais des demandeurs » s’est félicité le Président avant d’inviter le ministre de l’élevage à voir les modalités pour que la « subvention soit élargie aux ovins et aux caprins ».

Avant de répondre à la sollicitation du président de l’ANIPL Mamadou Bâ pour l’acquisition de terres destinées à la culture fourragère, indispensables dans l’élevage intensif. « Le développement de la chaine de la chaine de valeur lait et l’atteinte d l’objectif d’autosuffisance en lait reste tributaire d’une bonne organisation des acteurs, d’une alimentation de qualité du cheptel. Evidemment cela pose le problème de l’accès au foncier et vous avez raison, M. le président, il nous nous faut, en collaboration avec l’association des maires, avec les ministères de l’Agriculture, de l’Elevage que nous puissions trouver des terres pour les éleveurs. L’élevage intensif va de pair avec la disponibilité du foncier et la production de plantes fourragères », a reconnu Macky Sall. A cet effet, il a annoncé l’accélération du Projet de renforcement de la résilience des écosystèmes du Ferlo (PREFERLO) afin de trouver plus de terres et d’eau à mettre à la disposition des éleveurs.

WORE NDOYE

Leave a reply