Interdictions à outrance de la fréquentation des plages en cette période de grandes vacances : El Hadj Amadou Dieng se démarque et invite l’Etat à s’inspirer du modèle de la ville de Dakar

0
228

Lors de son face à face avec notre confrère Baye Oumar dont il était l’invité de l’émission dominical Objection sur la radio Sud Fm hier, El Hadj Amadou Dieng, aménagiste et urbaniste en poste à la Ville de Dakar, a également abordé la problématique de la gestion des plages à Dakar. Et c’est pour déplorer la politique en vigueur d’interdiction de certaines plages à la baignade de l’Etat central.

Estimant que le Sénégal doit aller dans le sens du bannissement de la notion de «plages interdites», El Hadj Amadou Dieng souligne que l’Etat devrait plutôt opter pour une politique visant à baliser les parties fréquentables des plages et les surveillées que d’interdire toute une plage. «L’interdiction n’est possible que si on est incapable de la mettre en exergue. On ne peut pas empêcher les gens d’aller à la plage, on ne peut pas, on ne peut pas mettre un mur devant chaque plage pour bloquer les gens. Il peut y avoir des parties dangereuses mais toute la plage ne peut être dangereuse. Dans ce cas, ce qu’il faut faire, il faut baliser les parties fréquentables et les surveiller. Interdire toute une plage et ne pas y mettre les dispositifs, c’est ce qu’il faut bannir», a-t-il lancer.

Poursuivant son propos, El Hadj Amadou Dieng, saluant le dispositif déployé par la ville de Dakar dans la surveillance des plages, indique que ce dernier devait servir de modèle à copier non seulement par toutes les autres villes et communes du Sénégal mais aussi par la Direction de la protection civile qui, selon lui, ne fait absolument rien dans le domaine de la surveillance des plages. «La Direction de la protection civile ne fait absolument rien, ses membres sont dans les réunions et autres colloques à n’en plus finir, mais aucune action sur le terrain surtout concernant la gestion des plages. Sur les plages de Dakar, il n’y a que 4 où on trouve des Sapeurs-pompiers : au niveau de la Cour suprême, à la Beceao, à la plage de Ngor et à Gorée, alors qu’on a 26 plages».

Nando Cabral GOMIS

 

Leave a reply