Iran: les forces de sécurité tirent sur des manifestants après un hommage à Mahsa Amini

0
168

Ce mercredi 26 octobre marque le quarantième jour suivant le décès de la jeune Iranienne Mahsa Amini, morte alors qu’elle était détenue par la police des mœurs. Une date hautement symbolique qui marque traditionnellement la fin du deuil dans ce pays, et qui pourrait donner un nouvel élan à la mobilisation.

Les tensions restent extrêmement fortes dans tout l’Iran, au 40ᵉ jour suivant la mort de la jeune Kurde iranienne Mahsa Amini, décédée le 16 septembre après son arrestation par la police des mœurs à Téhéran, pour un port du voile jugé non conforme.

Dans la matinée, mercredi, des milliers de fidèles ont défié les mesures de sécurité mises en place, pour rejoindre le cimetière Aichi à Saghez, dans la province du Kurdistan iranien, la ville d’origine de la Mahsa Amini où elle repose, et lui rendre hommage. Les forces de sécurité iraniennes ont ouvert le feu et tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants rassemblés sur la place Zindan, dans le centre de la ville, a annoncé le groupe de défense des droits des Kurdes en Iran, Hengaw.

Les images sont impressionnantes : on peut voir sur plusieurs vidéos une longue foule silencieuse qui chemine le long d’une route de campagne jusqu’au cimetière. Sur d’autres vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, des centaines d’hommes et femmes sont réunis à Saghez pour protester contre le régime. « Mort au dictateur ! », les entend-on clamer. Les femmes, comme elles le faisaient déjà il y a 40 jours, brandissent leur voile.

En prévision des manifestations attendues ce mercredi pour cette date symbolique qui marque le 40e et dernier jour de deuil pour la jeune Iranienne, les autorités ont pourtant pris des mesures pour tenter d’empêcher ces rassemblements, rapporte notre correspondant à Téhéran Siavosh Ghazi. Des policiers anti-émeutes avaient notamment été déployés dans la capitale dès mardi.

De même, les écoles, les lycées et les universités sont fermés ce mercredi dans la province du Kurdistan et dans la ville d’Ardébil, qui a connu des manifestations violentes la semaine dernière. Raison officielle invoquée : la propagation de la grippe dans ces deux régions. Pourtant, la tension risque de continuer de monter tout au long de la journée, et à Téhéran, une manifestation est officiellement prévue pour la fin de l’après-midi.

Menace contre la famille de Mahsa Amini

Selon plusieurs militants, les forces de sécurité ont également mis en garde les parents de Mahsa Amini : pas de cérémonie de commémoration, comme c’est normalement la tradition pour un 40ᵉ jour de deuil, ni de réunion autour de sa tombe.

Un communiqué publié mardi soir par l’agence de presse officielle Irna confirme l’information. La vie de son frère serait aussi menacée pour empêcher la famille de braver l’interdit, et depuis plusieurs jours, aucun de ses proches ne s’adresse plus aux médias.

Les manifestations continuent dans les universités

Pour marquer ce quarantième jour de deuil, des étudiants ont manifesté mardi 25 octobre dans plusieurs universités du pays pour dénoncer la répression exercée par les forces de sécurité, accusées d’avoir battu des écolières la veille. « Nous nous battrons, nous mourrons, nous reprendrons l’Iran ! » : ont scandé des manifestants à l’université de technologie de Sharif à Téhéran.

Leave a reply