Israël: l’ex-Premier ministre Benyamin Netanyahu remporte les élections législatives

0
220

L’ancien Premier ministre Benyamin Netanyahu est le grand vainqueur du scrutin législatif du mardi 1er novembre, dont les résultats définitifs ont été annoncés ce mercredi par la commission électorale. Prochaine étape : la délicate formation d’un gouvernement.

Malgré son procès pour corruption, Benyamin Netanyahu a remporté avec ses alliés des partis ultra-orthodoxes et de la liste d’extrême droite Sionisme religieux 64 mandats sur les 120 de la Knesset, soit trois de plus que le seuil de la majorité, a annoncé ce jeudi soir la commission électorale au surlendemain des élections législatives. Peu avant, le Premier ministre sortant Yaïr Lapid, qui l’avait chassé du pouvoir l’an dernier en mettant sur pied une coalition hétéroclite qui a depuis implosé, a contacté son rival pour le féliciter de cette victoire.

Selon la commission électorale, le « bloc de droite » de Benyamin Netanyahu obtient 64 élus – 32 pour son parti le Likoud, 18 pour les deux partis orthodoxes et un record de 14 pour l’extrême droite – dans ce qui pourrait être, selon des analystes, le gouvernement le plus à droite de l’histoire du pays. La formation Yesh Atid (« Il y a un futur ») du centriste Lapid a récolté 24 élus, son allié de centre-droit Benny Gantz 12 députés, suivi de 10 élus pour deux autres formations et de cinq pour le parti arabe Raam qui avait aussi soutenu sa coalition, pour un total de 51 députés. Le parti arabe Hadash-Taal a lui obtenu 5 députés.

Un jeu d’équilibriste

Benyamin Netanyahu va maintenant devoir s’atteler à la formation d’un gouvernement. Sur le papier, une simple formalité. Mais dans les faits, « Bibi » va devoir mener des tractations compliquées, analyse notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa. Car s’il peut compter sur le soutien des religieux ultraorthodoxes de sa majorité, il va aussi devoir composer avec les leaders de l’extrême droite : Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir. Les deux hommes ont déjà fait part de leurs exigences : ils veulent respectivement les portefeuilles de la Défense et de l’Intérieur.

Benyamin Netanyahu est-il prêt à accorder des ministères régaliens à l’extrême droite ? Cette extrême droite israélienne est l’héritière d’une idéologie fanatique, le kahanisme. Et les kahanistes sont considérés comme une organisation terroriste aux États-Unis. Washington a déjà prévenu : la relation israélo-américaine « a toujours été fondée sur des intérêts communs, mais aussi, de façon importante, sur des valeurs partagées ». S’il veut revenir à la tête de l’État hébreu, Benyamin Netanyahu va donc devoir entamer un difficile jeu d’équilibriste.

Leave a reply