«J’ai vu des joueurs émoussés», Aliou Cissé, coach des Lions

0
905

«Je m’attendais à u match très compliqué, très difficile vu le contexte dans lequel il devait se jouer. J’avais dit qu’il ne faut pas faire de révolution. Heureusement, qu’on n’a pas trop tourné. Je félicite l’équipe rwandaise. Ils ont du mérite et nous ont causé énormément de problèmes. C’est un match de fin de saison. J’ai vu des joueurs émoussés mais c’est bien de gagner dans la difficulté. Les garçons se sont donnés à fond. Ils ont continué à travailler et à la fin on a pu trouver cette occasion là qui nous permet de gagner. Nous sommes très satisfaits sur le plan comptable».

 

Le 3-5-2 pour contourner le bloc-bas adverse

«C’est vrai qu’on avait déjà travaillé dans ce système là. Aujourd’hui, on a voulu évoluer comme vous le dites, c’était important de contourner cette équipe rwandaise et surtout d’apporter de l’animation dans nos couloirs. En première période, nous avons la maitrise du jeu mais c’était stéréotypé et on ne pouvait pas avoir de l’espace dans leur bloc. Il fallait contourner. C’est ce qu’on a fait à quinze minutes de la fin en lançant Pape Abou Cissé à la place de Youssouph Sabaly et mettre Ismaïlia Sarr  à droite. On a pu voir certaines situations intéressantes. Notre patience a pu payer parce qu’on a essayé d’avoir un fil conducteur et on n’a pas fait n’importe quoi. Malgré le match difficile, on a pu s’en sortir et on préparera bien le mois de septembre».

 

Un regard sur le jeu du Rwanda

 

«J’ai vu beaucoup de qualités et de valeurs chez les joueurs rwandais. Ils ont l’amour de leur pays et ils n’ont rien lâché. Ils se sont battus dans la solidarité. Malgré la domination, ils ont pu tenir. Ils ont du mérite. Je les félicite et les encourage à continuer. Ce sont des éliminatoires difficiles. Ça n’a pas été facile contre le Bénin, et ça sera comme ça pour la suite. Je félicite l’entraîneur rwandais et l’ensemble de son groupe qui nous a effectivement créé des problèmes».

 

Vers une révolution avant septembre

 

«On va toujours évoluer. On va continuer à superviser d’autres joueurs ; il était important de donner du temps de jeu à certains. Sinon, on n’aura pas le temps de les voir à l’œuvre et leur véritable niveau. Nous sommes en construction d’une équipe capable d’aller à la Coupe du Monde. Le groupe est ouvert. Il ne faut pas seulement le dire ; il faut l’acter c’est-à-dire de donner du temps à certains garçons. Malgré le fait que ce soit un match important, je crois que c’est l’occasion pour ces garçons de jouer. Ballo Touré a démarré tout comme Habib Diallo. Dommage que je n’ai pas pu voir d’autres (allusion à Moustapha Name, Ndlr) parce que la physionomie du match ne nous a pas permis ; maintenant, comme vous le dites, nous continuerons à peaufiner. L’objectif, c’est de constituer un groupe compétitif qu’une équipe compétitive. En réalité, je loue vraiment la mentalité des garçons, l’amour qu’ils ont pour leur pays. Pendant tout ce temps, ils sont vraiment irréprochables, exceptionnels et je suis vraiment satisfait de ça».

 

La sélection et la résilience avec cette saison longue ?

 

«Je loue vraiment la qualité de nos joueurs, ils sont en vacances, ils ont fait des compétitions durant toute une saison. Certains d’entre eux ont joué pratiquement 60 à 70 matchs dans la saison, mais je crois que c’est leur état d’esprit et je crois que quand ils viennent en sélection ils oublient leur fatigue, ils sont prêts à donner le maximum, ils oublient leurs vacances. Je crois que c’est une histoire de mentalité, je pense que dans ce groupe, il y a beaucoup d’amour. C’est ce qu’ils montrent sur le terrain c’est ce qui créent une certaine solidarité qui fait que chaque joueur qui se rend en difficulté son copain sera à côté de lui. Aussi constituer une équipe comme ça aussi c’est des réseaux, c’est de se déplacer et travailler, d’aller voir des joueurs à l’extérieur de les parler des projets de la direction technique sénégalaise. Souvent, ça marche ; souvent, ça ne marche pas mais nous continuons à regarder à peaufiner. L’équipe n’est pas fermée mais comme je le dis une équipe de football c’est un état d’esprit c’est une mentalité».

 

Remplacement de Pape Matar Sarr 

 

«C’est un choix tactique. On a voulu animer nos couloirs. Dans ce 4-4-2 on a essayé quelque chose avec Pape Matar, libérer le couloir. Mais l’adversaire nous supervise et a vu un peu nos déplacements, donc on a voulu jouer un peu plus large, écarter cette équipe qui était en bloc. Donc, la meilleure possibilité c’est Keita Baldé et décaler Ismaïlia Sarr sur le côté droit. Donc, c’est un choix tactique et je crois que le garçon a du mérite. Il a fait un match appréciable. L’autre question c’est la difficulté du match, on l’a préparé du mieux possible. Donc, comme je l’ai dit, ce sont des matchs de fins de saison. Ça aurait pu finir 0-0 et on a fait ce qu’il faut pour marquer le but, donc je loue leur mentalité. La victoire est là, nous sommes heureux d’être premiers de cette poule».

 

Rwanda qui reçoit le Sénégal au Sénégal : entre sportivité et fair-play

 

«Je pense déjà que c’est une volonté de la CAF, de mettre la pression à tous les pays africains pour qu’ils se dotent de bons stades et je pense que ça c’est très bien. Je suis là depuis 7 ans parfois nous jouons dans des conditions qui ne sont pas dignes de football professionnel. Maintenant que le Rwanda vienne jouer chez nous c’est un plaisir et je pense qu’ils ont confiance en nous. Ils savent qu’ils sont chez eux et on les a bien accueilli. C’est une forme de grandeur de fair-play et on les rend ça, mais il ne faut pas aussi oublier qu’on a un match retour chez eux».

 

Préparation Mondial 2022

 

«On parle du temps de préparation des équipes africaines mondialistes. Ce n’est pas seulement le Sénégal. La préparation pour la Coupe du monde, on ne l’a pas encore commencé. On aurait bien aimé jouer au moins deux matchs. Mais si vous me demandez mon idée c’est que nous voulons des sparring-partners qui collent aux profils de nos adversaires de la Coupe du monde. Et ça demande du travail, de la connexion. C’est aux matchs-makers de travailler avec la Fédération et moi pour qu’on puisse trouver ces matchs-là.

Par conséquent, au mois de septembre, si la CAF veut vraiment aider les équipes africaines mondialistes, c’est d’arrêter les éliminatoires. Et de permettre aux pays africains de préparer cette coupe du monde. Sinon, on ne préparera jamais cette coupe du monde comme il se doit. Donc, c’est à la CAF de prendre la responsabilité là-dessus. La CAF doit décaler les éliminatoires et donner la latitude aux pays qualifiés pour la Coupe du monde de trouver des sparring-partners afin de représenter dignement leur pays mais aussi le continent africain.»

Recueillis par Abdoulaye THIAM

Leave a reply