« Je crois qu’on sera encore meilleur, et beaucoup plus fort », Aliou Cissé, coach des Lions après la qualification

0
163

Après la qualification des Lions au Mondial de Qatar 2022, l’équipe du Sénégal se fixe comme objectif de se rendre encore meilleur, pourquoi pas plus fort. C’est du moins ce qu’estime le sélectionneur des Lions, en conférence de presse après le match retour joué et gagné au stade Abdoulaye Wade de Diamniadio, hier mardi 29 mars 2022. Aliou Cissé qui a remercié la population pour la forte mobilisation face à l’Égypte, au match comptant pour les Barrages à la Coupe du Monde prochaine, est revenu sur le repositionnement de Sadio Mané, le discours d’avant match, sans oublier le mental des joueurs, ainsi que les entrées des deux minots Bamba Dieng et Pape Matar Sarr.  

 

 

Coach, que ressentez-vous après cette qualification ?

 

Beaucoup de bonheur. Et je crois que ce bonheur est partagé. Ce fut un match très compliqué, très stressant et difficile à préparer. Mais, je crois qu’aujourd’hui sur le terrain il y avait de véritables guerriers, qui ont eu envie d’aller à cette coupe du monde. Je crois que le public nous a accompagné à aller chercher cette qualification. Aujourd’hui nous dédions cette victoire là au peuple sénégalais, à tous nos supporters qui étaient là aujourd’hui. Depuis 8 heures ils sont là. Des enfants, des jeunes, des moins jeunes.

Donc on se devait de les faire plaisir et je crois qu’aujourd’hui ils sont heureux de voir que cette équipe s’est qualifiée à la Coupe du monde. Donc je les remercie. Si vraiment on pouvait aller dans chaque maison pour les remercier, on le fera. Le public a été extraordinaire. C’est comme ça, il faut que ça continue. Quand nous sommes tous ensemble, c’est le Sénégal qui gagne. Rien ne peut nous arriver. Durant ces deux matchs, les supporters ont été derrière l’équipe. Merci à la presse aussi de nous avoir poussé, de nous avoir critiqué, car tout ça c’est important. Ça fait partie de notre travail. Sachez qu’on est ensemble. Nous irons au Qatar avec vous et c’est bien pour notre football.

 

Parlez-nous un peu du repositionnement de Sadio Mané dans l’axe si on sait que vous avez gagné la CAN avec le système à 4-3-3 ?

 

Bien sûr que tous les grands entraîneurs vont faire en sorte que leurs meilleurs joueurs soient dans les meilleures conditions. Aujourd’hui, ça fait 7 ans que nous sommes là. Le travail pour nous c’est le rendement de Sadio Mané, le rendement de nos grands joueurs. Qu’ils puissent s’exprimer le mieux possible. C’est un casse-tête pour nous. Comment faire jouer Sadio, est-ce qu’il faut le mettre sur le côté, est-ce qu’il faut le laisser dans l’axe ? Dans un système 4-4-2 ? Lors des éliminatoires de cette coupe du monde là, vous avez bien vu qu’on a fait pratiquement tous nos matchs sur le système 4-4-2. On était allé au Cameroun aussi en ayant cette idée-là. Malheureusement il nous a manqué des joueurs, ce qui a fait qu’on n’a pas pu jouer avec ce système. Donc on est passé au 4-3-3. Et effectivement c’est grâce à ce dernier système qu’on a gagné la Can.

Mais aujourd’hui il fallait marquer des buts. Donc c’était important de faire jouer Sadio devant avec sa percussion. Parfois, il est capable de jouer sur les deux attaquants, parfois il est capable de jouer derrière Boulaye, Ismaïla et Bouna sur les côtés. Je crois que l’animation a été bonne. En première mi-temps, on a plutôt été agressif, on a pressé très haut. On a bien entamé ce match-là. On a gagné des duels. Je reste tout de même sur ma faim quant à l’utilisation du ballon.

Je pense qu’on aurait pu faire encore mieux que ça. C’est vrai que c’était important. C’était un match d’hommes, où il y avait beaucoup de duels. Mais ce que je regrette dans ce match là c’est les pertes de balle après la récupération. On aurait pu mieux maîtriser notre animation.

Mais l’un dans l’autre, je pense que notre équipe est capable de jouer soit en 4-3-3 soit en 4-4-2 ou en 4-2-3-1. En un moment donné même on avait réfléchi à un 3-5-2. Mais ça aussi c’est l’intelligence de nos garçons, c’est l’expérience de nos garçons. Si vous voyez sur le terrain, malgré l’importance du match, de Edouard Mendy jusqu’à Boulaye Dia, c’est des garçons expérimentés. On a des Ballons d’or avec nous, des garçons qui ont joué et gagné la Ligue des Champions. Donc je ne m’inquiétais pas sur la gestion des émotions car je savais qu’on allait être à la hauteur de cette rencontre-là. Et ça c’est important. La chance qu’on a de détenir pas mal de joueurs qui ont un vécu et de l’expérience.

 

Quel a été le discours pour un bon début de match ?

 

C’était important pour nous de bien débuter. Chose qu’on n’avait pas faite au Caire. Même si on n’avait pas fait un mauvais match. Je crois que durant toute la semaine, j’ai averti les garçons. Je leur avais dit qu’il faut qu’on débute bien au Caire. On prend malheureusement le but dans le premier quart d’heure. Pour moi, ce n’était pas un bon début. C’est ces 15 minutes que nous avons perdu au Caire qui nous ont fait perdre le match. Il fallait qu’on se rachète ici en faisant une grosse entame. C’était la condition sine qua none pour justement mieux rentrer dans cette rencontre. On a défendu en avançant, on a récupéré des ballons, on s’est projeté devant. Après c’est dans la construction qu’on a eu quelques déchets parce qu’ils nous ont laissé un peu de possibilité de jouer. Mais je crois que c’est l’abnégation, la détermination, l’envie qu’avaient les garçons pour être au rendez-vous. Aujourd’hui ils y sont, on va les féliciter et continuer à travailler.

 

Pourquoi avez-vous jeté dans le bain les deux minots Bamba Dieng et Pape Matar Sarr, dans un match aussi crucial que compliqué ?

 

Oui, c’est deux garçons de qualité, des jeunes qui n’ont jamais assez. Maintenant je le dis, que ce soit pour Bamba ou pour Matar, c’est des garçons qui doivent savoir où est-ce qu’ils sont. Donc il y a un peu ce côté innocent, ils vivent dans le monde des grands. On pouvait penser même que les deux pouvaient commencer cette rencontre-là. Les supporters l’ont réclamé, tout comme certains journalistes. Et comme je vous le dis, de gros matches comme ça, décisifs et à tension, il ne faudrait pas jeter deux gamins pour les sacrifier. C’est pour cela qu’on les a mis sur le banc en attendant que petit à petit ils puissent rentrer dans cette équipe. Ce sont des garçons très intéressants, mais il faut qu’ils comprennent que le football professionnel c’est un monde de grands. Ils sont actuellement un peu insouciants, mais quand ils entrent en jeu ils apportent beaucoup à l’équipe. Nous allons travailler avec eux, les préparer. Parce que c’est sûr et certain que c’est de bon pédigrées et l’avenir leur appartient dans cette équipe nationale.

 

Quel objectif vous êtes-vous fixé ?

 

Aujourd’hui, c’était important de passer. Parce que quand vous gagnez la CAN, les premiers matchs après le tournoi sont toujours très importants. Il fallait bien les négocier. Aujourd’hui si on n’était pas passé c’est sûr et certain que ça aurait été autre chose. Mais on est passé, nous rendons grâce à Dieu. Et je crois qu’on sera encore meilleur, et beaucoup plus fort. Aller au Qatar, c’est avoir des ambitions. On en avait en 2018, on était éliminé au nombre de cartons. Cette fois-ci le Sénégal y va en étant pratiquement depuis 4 ou 5 ans premier sur le continent africain. Le Sénégal y va en étant champion d’Afrique, après avoir joué une double confrontation très difficile. Tout le monde pensait qu’on n’allait pas passer. Donc ce match là c’est vraiment 2 ans 3 ans d’expérience dans sa préparation. Et je pense que ça peut être bénéfique pour nous.

 

Est-ce qu’on peut dire que le Sénégal jouera sa partition au Qatar ?

 

C’est un peu tôt parce que la coupe du monde c’est en novembre. Entre-temps, il y a les éliminatoires de la Coupe d’Afrique qui se présenteront au mois de juin. J’entends beaucoup de sélectionneurs, beaucoup de journalistes dirent qu’un jour une équipe africaine gagnera une coupe du monde. Donc moi je crois que c’est vrai.

 

RECUEILLIS PAR ABDOULAYE THIAM

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :