« Je ne suis pas inéligible, c’est une décision politique », Khalifa Sall sur les élections législatives

0
443

Le leader de TAXAWOU DAKAR, Khalifa a été l’hôte de l’émission Sen Jotay ce mercredi 23 mars 2022 sur la Sen TV. Lors de son entretien, il a touché un certain nombre de domaine notamment sa posture pour les prochaines élections législatives de juillet 2022, la nomination d’un premier ministre sans oublier le 9eme forum de l’eau.

Khaf, comme ses partisans et sympathisant se plaisent à l’appeler est sorti de l’ombre, hier soir dans l’émission sen jotaay. L’actuel compagnon d’Ousmane SONKO a touché les domaines sensibles qui défraient la chronique en ce moment. En effet interrogé sur sa situation actuelle qui l’empêche de participer aux prochaines élections législatives, il répond  que « tout ceci n’est que le résultat d’une calcule politicienne. Il n’y a que la cour pour prononcer mon inéligibilité et jusqu’au moment où nous sommes en train de parler aucune décision de la sorte de m’est parvenu ». Khalifa de poursuivre « c’est la même histoire qui se répète. En 2019 j’avais présenté ma candidature conformément aux exigences du conseil constitutionnel. Je remplissais tous les critères pour être candidat aux élections présidentielles » donc il n y a d’autres raisons qui explique « mon exclusion des listes électorales si ce n’est de la politique » jura-t-il à la journaliste Nene Aicha BA.

Sur la loi concernant le parrainage, l’ancien maire de Dakar reconnait que le parrainage est « un principe démocratique qui a pour but de rationnaliser la participation aux élections. Dans  les grandes démocraties du monde comme la France, cette loi y est appliquée. Ce qu’il a à déplorer c’est le mécanisme qui n’est pas très rassurant ». Il insiste sur le fait que « personne ne déteste le parrainage » mais que cela doit se faire de manière « légale » et « juste ». « En 2019, c’était Mouhamed Boun Abdallah DIONE, premier ministre d’alors qui avait décidé que seules 5 listes allaient participer aux élections. Décision qui rayait de la carte nombre de partis qui ne parvenaient pas à dénicher le nombre de signatures requis », poussant ses explications, plus loin, il affirme sèchement que « c’était l’occasion de nous exclure Karim et moi ».

Le co-fondateur de YAW, dont les sorties médiatiques ne se font pas très nombreux n’y est pas allé de main morte avec le parti au pouvoir. Au courant du fait que d’aucuns l’ont pressenti pour prendre les rênes  de la primature, Khaf  avance que « ce ne sera ni lui, ni l’un des leurs ». «  On ne m’a pas approché pour le poste de premier ministre » et c’est une perte de temps d’essayer de « convaincre les jeunes maires de Yewwi Askan WI. Chez nous on a un esprit de groupe, une bonne entente règne entre nous et ce qui nous fera avancer. C’est le peuple qui nous a choisi alors nous nous devons d’honorer nos engagements » a-t-il poursuivi.

Interpellé sur le cas de Sonko et d’Adji SARR, l’ex maire, sans trop s’y attardé fait savoir qu’à YAW ils ont une capacité d’anticipation et qu’ils n’accepteront plus qu’aucun des leurs n’aille en prison pour des raisons « politiques ».

Le leader de Taxawou Dakar ne saurait finir en faisant fi du forum de l’eau. « L’organisation de pareil évènement incombe à la ville. C’est elle qui s’est battue pour que ce forum se tienne à Dakar. Si l’état avait laissé à la ville de Dakar ce qui est à elle, alors il n’y aurait pas de contre forum. Dans cette affaire, la ville de Dakar ne peut y jouer un rôle de faire valoir. De cet évènement elle en est l’hôte et non l’invitée. Khalifa SALL soutient en dernier lieu « Barthélémy Diaz a eu raison de faire ce qu’il a fait ».

Khadidiatou MENDY (Stagiaire)                                                                     

Comments are closed.