« Je veux que la DER et le PAVIE soient des exemples pour l’Afrique », Akinwumi Adesina, président du groupe de la Banque mondiale

0
190

« Nous avons décidé à soutenir le Sénégal parce que dans ce pays les choses bougent. Les jeunes sont extrêmement entreprenant. Et toute cette énergie qui se déploie de part et d’autre doit être mobilisée, encadrée soutenue par des investissements à même de booster la croissance économique et par ricochet le développement. L’avenir du continent n’est pas aux Etats-Unis, en Europe ou ailleurs mais en Afrique. Il faut faire confiance aux jeunes, ils sont le présent et l’avenir du continent. Et ça, nous devons en prendre conscience en gérant bien nos ressources », a indiqué Akinwumi Adesina, président du groupe de la Banque mondiale

Cette volonté de mobiliser cette vitalité de la jeunesse est une réalité au Sénégal. Et c’est pourquoi, dira-il : « Au regard des résultats probants de la Délégation à l’entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes (Der/Fj) en 3 ans d’existence seulement », soutenu en cela par la Banque africaine de développement (Bad) à travers le Projet d’appui et valorisation des initiatives entrepreneuriales (Pavie), pour faciliter l’accès au financement et à l’accompagnement technique pour les entrepreneurs. Ce qui devrait permettre de créer 14 000 initiatives entrepreneuriales, 154 000 emplois dont 60% destinés aux femmes, 27 000 entrepreneurs dont plus de 15 000 femmes, soit plus de la moitié et 2 200 entreprises devant être accompagnées à la transformation digitale dont 50% détenues par les femmes.

Et donc, «je veux que la Der/Fj et le Pavie soient des exemples pour l’Afrique » Sur ce, assure-t-il « je voudrais vous assurer du soutien fort et continue de la Bad », ajoutant que « la Bad va augmenter son appui pour le financement les initiatives des jeunes sur tout le continent ».   

L’objectif du Pavie étant d’appuyer la création d’emplois pour les jeunes et les femmes grâce à la promotion de l’entrepreneuriat et la densification du tissu économique des Petites et moyennes entreprises (Pme) en proposant un accompagnement technique et financier aux initiatives entrepreneuriales ciblées. Ce visé devrait permettre la structuration des chaines de valeur agricoles et artisanales, pilier de notre croissance économique. Ce fer de lance (Pavie) illustre à suffisance la volonté publique de faire du Sénégal un véritable vivier de champions nationaux dont la performance favorisera l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire et la création d’emplois pérennes et durables.

Un forum pour l’investissement entrepreneurial des femmes et jeunes en perspective à Dakar

Convaincu du rôle et de la place des femmes dans la structuration de nos économies respectives, il dira :

« L’Afrique ne peut pas décoller sans les femmes ». Et tenez-vous bien, ceci n’est pas un discours politique mais un fait et un état d’esprit des femmes. Pour s’en convaincre, il raconte une mésaventure en 1991 alors qu’il était en déplacement dans le cadre de ces affaires qu’il partagea un « avion rempli de femmes opératrices et analphabètes » qu’il s’est rendu compte « du dynamisme des femmes dans le commerce… ».

Ceci pour dire qu’il est important de renforcer les appuis financiers et d’encadrement technique pour permettre aux femmes de jouer pleinement leur partition dans nos économies.

Donc, dira-il : « Je m’engage à convaincre le président Macky Sall pour la tenue d’un forum pour l’investissement entrepreneurial des femmes et des jeunes à Dakar ».

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.