Joal-Fadiouth – Régénération des ressources halieutiques : Immersion de 10.000 pots à poulpe

0
233

Alioune Ndoye, le ministre des Pêches et de l’Economie maritime a présidé à Joal-Fadiouth, une cérémonie d’immersion de 10.000 pots à poulpe. C’est grâce à l’assistance de Madame le ministre du Pétrole et des Energies Sophie Aïssatou Gladima qui a mis à disposition 4000 pots et d’Alioune Thiam du Cap (les acteurs de la pêche) qui a remis 6000 autres. La cérémonie a été une occasion pour Alioune Ndoye de faire le point sur la gestion du secteur de la pêche et de la ressource.

A l’en croire, la pêche rapporte 660 milliards de francs Cfa par ses produits d’exportation. Par conséquent, il a insisté sur la nécessité de veiller à la gestion de la ressource. Selon lui, les maux affectant la pêche sont connus de tous. Sur ce, ses rappels sont du reste sans équivoque car, soutient-il, tous les problèmes posés sont réglés en relation avec les acteurs et les techniciens du secteur. Il a mis l’accent sur la surexploitation de certaines espèces.

Le ministre des Pêches et de l’Economie maritime n’a pas manqué de relever que la demande en poissons du Sénégal va augmenter avec la croissance de la population qui va doubler encore dans quelques années. Pour y pallier, il a souligné l’importance de la Stratégie nationale de l’aquaculture dont le Sénégal s’est doté. Faisant le point sur l’état des débarquements dans le pays, il a indiqué qu’ils sont estimés à 500.000 tonnes de poissons et les 83% sont de la pêche artisanale.

Sur la gestion de la ressource, le ministre Alioune Ndoye a expliqué la baisse de la présence des bateaux étrangers pêchant dans nos eaux, ces trois dernières années. En ce sens, il a demandé à ces détracteurs de faire des investigations sur les dizaines de bateaux à quai au port de Dakar pour savoir pourquoi ils sont arraisonnés là.

Sur les conventions entre le Sénégal et l’Union européenne (UE), le ministre Aliou Ndoye a révélé la présence dans nos eaux de ­ bateau. A l’en croire, le Sénégal est un Etat de droit et une loi de 2015 interdit certaines pratiques et types de pêche. Il a appelé à l’unité des acteurs de la pêche. Aussi le ministre des Pêches et de l’Economie maritime a-t-il insisté sur l’identification des acteurs du secteur et de ceux qui parlent en leurs noms. Réagissant ainsi aux agissements des membres de la société civile du secteur de la pêche travaillant aussi sur la gestion de la ressource et les fondements d’une pêche durable.

Pour finir, Alioune Ndoye a remercié le Comité local de gestion de la pêche artisanale et a assuré à ces membres la restitution des 60% dus, suite à la collecte de taxes. Sur ce dossier, il a fait part d’une démarche diligente de la prise d’un arrêté devant faciliter le décaissement de la somme due, au Trésor publique, afin de la remettre aux ayant-droits.

Samba Niébé BA

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :