Jonction de lutte pour la libération des ‘’otages politiques’’ : un plan d’actions lancé par un nouveau cadre

0
532

Composé de la plateforme chemin de la libération, du collectif des familles des détenus, du MOJIP et Appel des Linguères de la paix et la justice…, ces organisations engagées pour la libération des ‘’détenus politiques’’ ont décidé de mettre sur pied un cadre d’unité et d’actions. A ce titre, un plan d’actions global a été défini. « En unissant nos forces, nous avons élaboré différents plans d’actions concrets », a d’emblée indiqué Salimata Diagne Niang, membre de la plateforme chemin de la libération.

Revenant sur les différents plans d’actions élaborés, Elle révèle que celui-ci a débuté « hier le dépôt d’une lettre de protestation à la direction de l’administration pénitentiaire. En suite, par cette conférence de presse qui se tient devant vous, et enfin la semaine à venir, par une journée de prière décentralisée dans tous les départements du Sénégal, pour ce vendredi 27 octobre… »

Dans un autre registre, ces organisations engagées pour la libération des détenus ‘’politiques’’ protestent vigoureusement contre les agressions perpétrées à l’encontre des détenus : « Nous réitérons notre protestation vigoureuse contre les agressions perpétrées à l’encontre des détenus politiques lors de leur grève de la faim à la prison pour femmes du Camp  Pénal », rapporte Mme Niang.

Aussi, a-t-elle ajouté « Nous dénonçons fermement les détentions excessivement longues, l’absence d’auditions par des juges même après des séjours carcéraux prolongés, ainsi que le maintien en détention d’élèves, d’enseignants et d’étudiants… »

Ainsi devant ces pratiques qu’ils qualifient d’inhumaines, ces membres composants ce cadre exigent qu’une enquête transparente soit faite. « Notre cadre d’unité et d’actions exige une enquête transparente sur ces pratiques inhumaines et réclame des mesures disciplinaires immédiates contre toutes ces bavures afin d’y mettre un terme »

Ces organisations ont également évoqué le cas de Fatou Fall dite Falla Fleur, à qui l’histoire selon ces dernières, symbolise l’acharnement. Et de conclure « le cas de Falla Fleur est emblématique des injustices que nous combattons. Son histoire symbolise l’acharnement sur des individus dont le seul tort est de défendre leurs convictions politiques. Nous exigeons justice pour Falla Fleur et pour les détenus politiques… »

Ousmane GOUDIABY

Leave a reply