Journée des droits de l’homme 2021 : Ces nouvelles menaces aux libertés et droits fondamentaux inhérents à tout être humain

0
547

10 décembre 1948 – 10 décembre 2021, la Déclaration universelle des droits de l’homme à 73 ans. En cette journée dédiée aux droits de l’homme dans le monde, en commémoration de cette déclaration adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU), le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, note que l’humanité «est à un tournant de son histoire», attirant l’attention sur les nouvelles menaces pour les droits humains dont la pauvreté, la Covid-19, l’exclusion et la discrimination, les inégalités qui se creusent, la crise climatique, etc. Le thème de l’édition 2021 est «L’égalité», avec comme slogan : «Tous humains, tous égaux».

 

73 ans après l’adoption, le 10 décembre 1948,  de la Déclaration universelle des droits de l’homme, «notre monde est à un tournant de son histoire». António Guterres alerte. Dans un message publié à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme, célébrée ce vendredi 10 décembre 2021, le secrétaire général de l’ONU, liste les nouvelles menaces pour les droits humains dans le monde.

«La pandémie de Covid-19, la crise climatique et l’expansion de la technologie numérique dans tous les secteurs de notre vie ont créé de nouvelles menaces pour les droits humains. L’exclusion et la discrimination sont monnaie courante. La sphère publique se rétrécit. La pauvreté et la faim augmentent, pour la première fois depuis des décennies. Des millions d’enfants sont privés de leur droit à l’éducation. Les inégalités se creusent», constate, pour le déplorer, M. Guterres.

Pour le Secrétaire général de l’ONU, le respect des principes déclinés dans la Déclaration de 1948 est un gage de l’effectivité de tous les droits humains, partout.

«Or, nous pouvons choisir une autre voie. Il y a 73 ans, jour pour jour, l’Assemblée générale des Nations Unies adoptait la Déclaration universelle des droits de l’homme. Les principes énoncés dans cette simple déclaration demeurent la clé de la réalisation de tous les droits humains – civils, économiques, culturels, sociaux et politiques – pour toutes et tous, partout dans le monde.»

Aussi reste-t-il convaincu que «le relèvement après la pandémie doit être l’occasion de renforcer les droits humains et les libertés, et de rétablir la confiance. La confiance dans la justice et l’impartialité des lois et des institutions. La certitude qu’une vie dans la dignité est possible. La conviction que tout un chacun sera entendu dans l’équité et que les griefs seront réglés par des voies pacifiques.»

D’ailleurs, relève-t-il, «l’Organisation des Nations Unies défend les droits de chaque membre de notre famille humaine. Aujourd’hui et tous les jours, nous continuerons à œuvrer pour la justice, l’égalité, la dignité et les droits humains pour toutes et tous», confie M. Guterre, souhaitant une «Heureuse Journée des droits de l’homme !»

«TOUS HUMAINS, TOUS ÉGAUX»

«Après tout, où commencent les droits de l’homme universels ? Ils commencent près de chez soi, en des lieux si proches et si petits qu’on ne peut les voir sur aucune carte du monde. (…) Si dans ces lieux les droits sont dénués de sens, ils n’en auront guère davantage ailleurs. Si chacun ne fait pas preuve du civisme nécessaire pour qu’ils soient respectés dans son entourage, il ne faut pas s’attendre à des progrès à l’échelle du monde», soutenait déjà à ses débuts Eleanor Roosevelt, la présidente de la Commission des droits de l’homme de l’ONU, dans son discours prononcé le 27 mars 1958, à l’occasion du 10e  anniversaire de la proclamation de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

La Journée internationale des droits de l’homme de cette année à pour thème «L’égalité», avec comme slogan : «Tous humains, tous égaux». En référence à l’Article 1 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui dispose : «Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits».

Selon l’ONU, les principes d’égalité et de non-discrimination sont au cœur des droits de l’homme. La notion d’égalité fait partie intégrante du Programme 2030 et de l’approche des Nations Unies définie dans le document «Shared Framework on Leaving No One Behind : Equality and Non-Discrimination at the Heart of Sustainable Development». «L’égalité, l’inclusion et la non-discrimination, soit une approche du développement fondée sur les droits de l’homme, constituent le meilleur moyen de réduire les inégalités et de nous remettre sur la bonne voie en vue de réaliser le Programme 2030».

I.DIALLO

Comments are closed.