Journée mondiale de la population à Sédhiou : pour un futur résilient et une baisse de la mortalité

0
1278

L’édition 2022 de la Journée Mondiale de la Population (JMP) a porté sur le thème : « Un monde de 8 milliards: garantir un futur résilient». Selon la représentante de l’Unfpa au Sénégal, en novembre 2022, la population mondiale atteindra le seuil symbolique de 8 milliards de personnes. Une croissance spectaculaire qui est en grande partie imputable à l’augmentation du nombre d’individus en âge de procréer.  La cérémonie officielle s’est déroulée hier, jeudi 18 août, à Sedhiou en présence du gouverneur de ladite région venu représenter le ministre de l’Economie, du plan et de la coopération.

Pour le représentant du ministre de l’Economie, le gouverneur de région de Sédhiou, les enjeux et défis susmentionnés au niveau international sont également perceptibles au Sénégal, un pays qui a amorcé sa transition démographique et s’est résolument engagé dans les voies de l’émergence.

Ainsi, au niveau national, de 5 057 375 habitants en 1976, la population du Sénégal est passée à 6 896 808 habitants en 1988 puis à 9 858 482 habitants en 2002 et atteint 13 508 715 personnes en 2013. Les projections de l’ANSD estiment la population à 17 215 433 en 2021.

« Le taux d’accroissement moyen intercensitaire, estimé à 2,7% entre 1976 et 1988 s’est établi à 2,5% de 1988 à 2013. Parallèlement, le nombre moyen d’enfants par femme est passé de 6,4 en 1986 à 4,7 en 2019.  La population masculine représente 49,6 contre 50,4 % pour les femmes ; Les personnes âgées de moins de 35 ans constituent 72, 2 % de la population du Sénégal (Annuaire de la population du Sénégal 2021, ANSD) » a renseigné le gouverneur de Sedhiou Omar Galla Ndiaye.

Et de poursuivre : « concernant la population de la région de Sédhiou, elle a plus que doublé en 43 ans (entre 1976 et 2019), passant de 212 804 à 553 005 habitants avec un taux d’accroissement annuel moyen de 2,2%. L’analyse des résultats enregistrés lors des différents recensements montrent que la population de Sédhiou a progressé plus rapidement durant les périodes intercensitaires 1976-1988 (2,4%) et 2002-2013 (2,6%) que durant la période 1988-2002 (1,4%). »

En dépit de cet accroissement constaté à partir des années 2000, les acteurs ont estimé que plusieurs indicateurs montrent plutôt une maitrise des principaux déterminants de l’augmentation de la population. « Selon les données de l’Enquête Démographique et de Santé (EDS) de 2016, l’Indice Synthétique de Fécondité (ISF) s’établit à 6,3. Dans la même veine, la mortalité, bien qu’étant relativement élevée, tend à baisser ». En outre, pour  le gouverneur, tous les pays doivent travailler pour plus d’équité et de solidarité pour s’assurer que la planète terre puisse répondre aux besoins et aux aspirations des générations présentes et futures. « Je saisis cette occasion pour lancer un appel à la mobilisation de tous : Gouvernement, élus locaux, société civile, leaders communautaires et religieux, secteur privé, jeunes, femmes et partenaires au développement, pour atteindre nos objectifs » a-t-il martelé.

Pour rappel, la croissance de la population mondiale au cours des deux derniers siècles résulte en grande partie des progrès de la médecine moderne et de l’amélioration du niveau de vie des populations qui ont permis de réduire considérablement la mortalité infanto juvénile et d’accroitre de façon substantielle l’espérance de vie.

En effet, selon les autorités, d’énormes changements se sont produits récemment en ce qui concerne les taux de fécondité qui sont passés au début des années 1970, de  4,5 enfants par femme en moyenne à environ 2,5 enfants par femme en 2014. Parallèlement, l’espérance de vie globale moyenne a augmenté, passant de 64,8 ans au début des années 1990 à 70 ans aujourd’hui.

Un monde de 8 milliards d’âmes : garantir un futur résilient

Quant à l’Afrique subsaharienne, elle a laissé entendre qu’il incarne mieux aujourd’hui  ce dynamisme démographique puisqu’elle conserve depuis l’an 2000 le rythme de  croissance démographique  le plus élevé  au monde.

Au Sénégal, selon les dernières estimations de l’année 2022 de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), la population sénégalaise est de 17 738 795 dont  8 825 227 d’hommes et 8 913 568  de femmes avec un taux de croissance annuel moyen de 2,5 %.  Pour la représente de l’Unfpa, « l’évocation de ces statistiques sur les tendances démographiques à l’échelle mondiale, régionale et nationale ne devrait en aucun cas masquer la spécificité des trajectoires démographiques de chaque pays et la particularité de leurs interactions avec le développement ».  Et de poursuivre : «les tendances démographiques sont influencées par un ensemble complexe et interconnecté de facteurs sociaux, culturels, économiques, environnementaux et politiques et nécessitent donc des réponses politiques globales et holistiques fondées sur des preuves et permettant à tous d’exercer l’ensemble de leurs droits, y compris les droits reproductifs. »

Ainsi selon l’Unfpa, il urge de garantir un futur résilient indispensable qui s’inscrit à la fois dans une dynamique proactive  d’où l’importance d’anticiper et de planifier l’évolution démographique et d’investir dans l’éducation, la santé, l’égalité des sexes et l’accès à un travail décent et à l’employabilité, à travers les générations. Pour sortir de la pauvreté, l’Unfpa préconise de rendre effectif et durable l’accès équitable  aux services de santé dont ceux de la santé de la reproduction, à l’éducation, à la formation, aux opportunités économiques et professionnelles aux hommes comme aux femmes, aux garçons et aux filles.

Denise ZAROUR MEDANG

 

Leave a reply