Journee mondiale de la santé : l’environnement pour freiner les menaces sanitaires (OMS)

0
211

En cette journée mondiale de la santé célébrée hier, jeudi 7 avril  sous le thème «notre planète, notre santé» et dans un contexte de pandémie, sur une planète polluée et face à l’augmentation de pathologies telles que le cancer, l’asthme et les cardiopathies, l’OMS a attiré l’attention de la communauté internationale sur les mesures à prendre d’urgence pour préserver la santé des êtres humains et de la planète et pour susciter un mouvement visant à bâtir des sociétés axées sur le bien-être.    Selon l’Oms «nos décisions politiques, sociales et commerciales sont à l’origine de la crise climatique et sanitaire. Plus de 90 % des personnes respirent un air pollué résultant de la combustion de combustibles fossiles».

Dans un monde en proie au réchauffement, l’Oms a aussi renseigné : «les moustiques propagent les maladies plus loin et plus vite que jamais. Les phénomènes météorologiques extrêmes, la dégradation des terres et la pénurie d’eau entraînent des déplacements de populations et ont des répercussions sur leur santé ».

Sur la qualité de l’alimentation des humains, l’Oms à travers son message, a renseigné : « la pollution et les plastiques se retrouvent au fond des océans les plus profonds, dans les montagnes les plus hautes, et se sont introduits dans notre chaîne alimentaire. Les systèmes qui produisent des aliments et des boissons hautement transformés et mauvais pour la santé sont à l’origine d’une vague d’obésité, d’une augmentation des cancers et des cardiopathies, tout en produisant un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre».

Pour cette journée l’Oms a soulevé un certain nombre d’interrogations à savoir, «Sommes-nous capables de repenser un monde où chacun a accès à un air pur, à l’eau et à la nourriture ?» «Un monde dans lequel les économies privilégient la santé et le bien-être ?» «Où les villes sont vivables, et où les populations ont la maîtrise de leur santé et de celle de la planète ?».

Toutefois, face à la prise en charge après Covid, elle a estimé tout simplement : «si la pandémie de Covid-19 nous a montré le pouvoir de guérison de la science, elle a également mis en évidence les inégalités qui existent dans notre monde. Elle a révélé des faiblesses dans tous les domaines de la société et a souligné combien il est urgent de créer des «sociétés axées sur le bien-être» et durables, qui s’engagent à garantir une santé équitable aujourd’hui et pour les générations futures sans toutefois dépasser les limites écologiques ».  Et de poursuivre : « la configuration actuelle de l’économie entraîne une répartition inéquitable des revenus, de la richesse et du pouvoir, et trop de personnes vivent encore dans la pauvreté et l’instabilité. Ces objectifs se traduisent par des investissements à long terme, des budgets consacrés au bien-être, une protection sociale ainsi que des stratégies juridiques et fiscales». Toutefois, pour rompre ces cycles de destruction de la planète et de la santé humaine, il convient selon l’Oms d’agir sur le plan législatif, de réformer les entreprises et de soutenir et d’encourager les individus à faire des choix sains.

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply