Journée mondiale de lutte contre le tabac : l’Oms annonce une baisse drastique de la prévalence

0
199

Cette année, la célébration de la Journée mondiale sans tabac a coïncidé avec la Soixante-Dix-Septième Assemblée mondiale de la Santé. Lors de la séance d’ouverture de l’Assemblée, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), a souligné le fait que la consommation de tabac est en baisse dans 150 pays et que l’on recense aujourd’hui 19 millions de fumeurs de moins dans le monde qu’il y a deux ans.  

La communauté internationale a célébré hier, vendredi 31 mai, la journée de lutte contre le tabac. Une journée qui offre l’occasion de mettre en lumière les dangers inhérents à la consommation de tabac et à l’exposition à la fumée du tabac.  Tenue sur le thème « Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac »,  la journée mondiale sans tabac appelle à une mobilisation au niveau planétaire pour protéger les jeunes des produits nocifs du tabac et de la nicotine, ainsi que contre les stratégies trompeuses fréquemment employées par l’industrie du tabac pour commercialiser ses produits.

Pour l’Organisation mondiale de la santé (Oms), ce thème offre une plateforme aux jeunes du monde entier pour demander à l’industrie du tabac de cesser de les cibler avec des produits nuisibles pour leur santé.

Parlant des avancées de la lutte, l’Oms renseigne qu’à l’échelle mondiale, plus de 37 millions de jeunes âgés de 13 à 15 ans consomment du tabac. Dans la Région africaine, le tabagisme chez les jeunes âgés de 13 à 15 ans atteint 11,1 % chez les garçons et 7,2 % chez les filles, soit environ sept millions d’utilisateurs de tabac.

« On estime que 1,3 million de personnes meurent chaque année du tabagisme passif. Ces décès sont entièrement évitables. Les individus exposés à la fumée de tabac secondaire encourent un risque accru de décès dus à des maladies cardiaques, à des accidents vasculaires cérébraux, à des affections respiratoires, au diabète de type 2 et à divers types de cancers », a fait savoir le communiqué de l’Oms.

Dans le cadre des efforts visant à protéger les populations, en particulier les jeunes, de l’ingérence de l’industrie du tabac, l’Oms a renseigné : « grâce à nos efforts, 45 pays de la Région africaine ont ratifié la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, tandis que 22 autres pays ont ratifié le protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac. De plus, 22 pays ont adopté de nouvelles lois antitabac qui leur ont permis de mettre en œuvre efficacement les dispositions du cadre de la lutte antitabac. Il s’agit là de législations nationales qui ont joué un rôle crucial dans l’accélération de la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS dans plus de 35 pays, contribuant ainsi de manière significative au recul de la prévalence du tabagisme dans la Région ».  

Toutefois, elle a  signalé que la prévalence du tabagisme chez les adultes dans la Région a aussi diminué, passant de 14,9 % en 2010 à 9,5 % en 2023.    « Si la consommation de tabac continue de diminuer chez les adultes, force est de constater que l’industrie du tabac a quant à elle diversifié son arsenal pour contrer vigoureusement les efforts de lutte antitabac. Elle s’emploie à développer ses marchés en proposant de nouveaux produits du tabac qui sont aussi à base de nicotine. L’industrie emploie diverses stratégies de commercialisation pour promouvoir de nouveaux produits spécialement conçus pour séduire les jeunes, tels que les cigarettes électroniques, les produits aromatisés, le tabac sans fumée, le snus et les sachets de nicotine, qui font l’objet d’une promotion agressive sur les médias sociaux », a fait remarquer l’Oms. Et d’inviter les Membres de la Région africaine de l’Oms à intensifier les efforts pour protéger les jeunes de l’ingérence de l’industrie du tabac en prenant des mesures pour assurer le respect par les gouvernements de leurs obligations en vertu de l’article 5.3 de la Convention-cadre de l’OMS, en mettant en place des mesures de protection pour préserver les politiques de lutte antitabac de toute ingérence de l’industrie du tabac ; pour combattre les tactiques de l’industrie du tabac en utilisant comme tremplin des arguments fondés sur des données probantes, ainsi que les meilleures pratiques, tout en impliquant de manière active les organisations de la société civile ; pour sensibiliser le public aux tactiques de l’industrie du tabac  mais aussi dénoncer les tentatives de l’industrie visant à cibler les jeunes et à attirer de nouvelles générations de personnes dépendantes grâce à des stratégies innovantes, telles que la commercialisation de produits nouveaux et émergents et l’utilisation d’arômes.

 

DENISE ZAROUR MEDANG  

 

 

Leave a reply