Judo- Coupe de l’Ambassadeur du Japon : Les combattants du Duc raflent la mise

0
228

Après une pause de quelques mois, les judokas ont repris le chemin des tatamis avec la traditionnelle Coupe de l’ambassadeur du Japon disputée ce dimanche 31 octobre, au stadium Marius Ndiaye. Avec six médailles, les tireurs du Dakar université club sont sortis du lot de cette compétition qui permet  aux combattants  sénégalais de répéter les gammes en direction  de l’open de Yaoundé  et ensuite celui de Dakar prévu du 6 au 7 novembre prochain.



Forcés d’observer un long break à cause de la pandémie, les judokas sont montés sur le tatami lors de la traditionnelle Coupe de l’ambassadeur du Japon disputée ce dimanche 31 octobre, au stadium Marius Ndiaye. Une compétition non-stop qui a donné de belles empoignades dans les tableaux hommes et dames. 

Au bout des combats, les tireurs du Dakar Université club (DUC) sont restés maîtres du tatami. Chez les dames, les Etudiantes ont raflé les trois médailles d’or en lice avec Khadija Sonko (moins 66kg), de Ndéye Oumy Kamara (moins 63kg) et Leïla Sonko (moins 52 kg
deux de bronze. Dans les trois catégories du tableau masculin, les débats ont été dominés par chez les +81kg par Modou Fall (Amajelo), Gorgui Sarr (ASFA), chez les (-81 kg) et Mouhamed Mboup (BSK), chez les (66 kg).

Avec ces résultats, le Duc confirme la domination qu’elle avait réussi lors des derniers championnats du Sénégal avec dix titres sur les 14 mis en jeu. Satisfait du déroulement de la compétition dont il est le parrain, Arai Tatsuo, ambassadeur du Japon s’est également réjoui de la reprise des activités du judo suite à une longue pause pour cause de la pandémie de la Covid 19.

«Je suis heureux d’être à vos côtés aujourd’hui pour prendre part à ce grand événement sportif après la pause de l’année dernière, due à la pandémie de Covid 19. Ce programme constitue assurément l’un des plus importants pour le judo sénégalais. Je voudrais exprimer ma gratitude à la Fédération de judo pour l’honneur qu’elle me fait, en dotant ces compétitions de la Coupe de l’ambassadeur du Japon. Cela contribue assurément à raffermir les liens d’amitié entre la Fédération et l’ambassade, mais également entre nos deux pays», déclare t-il.


En passant à  l’open de Dakar


Tout en se félicitant de cette reprise, le président de la Fédération sénégalaise de judo Me Babacar Wade n’a pas manqué de relever la qualité des combats. Ce qui selon lui est de bon augure pour l’open de Dakar prévu dans dix jours à Dakar.

L’équipe nationale du Sénégal est attendue au Cameroun où elle prendra part à l’Open de Yaoundé prévu les 6 et 7 novembre prochain. Elle enchainera la semaine d’après avec l’Open de Dakar prévue les 13 et 14 novembre.

 
« C’était une  occasion pour la Fédération sénégalaise de judo de reprendre les activités sportives qui étaient relativement en stand by depuis le dernier championnat d’Afrique qui se sont déroulés en mai dernier. Ce, du fait de la pandémie de la Covid 19, de la réparation des Jeux olympiques et bien d’autres choses. Globalement tout s’est bien passé. On a assisté à de très beaux combats qui augurent de bonnes choses pour l’Open de Dakar prévu dans dix jours. Pour des combattants qui ne sont pas montés sur le tatamis depuis le mois de mai, c’est une grosse satisfaction pour la Fédération », a-t-il confié.


Dans sa politique de massification de la discipline, le patron du judo sénégalais annonce que l’ambassadeur nippon a mis à la disposition de la Fédération sénégalaise de judo d’un lot de 250  kimonos.

«C’est une bonne nouvelle que l’ambassade du Japon accompagne le judo sénégalais à travers la Fédération nippone de judo. Ce, par la disposition d’un lot de 250  judogi. Cela va nous permettre d’aider à massifier davantage le judo notamment hors de Dakar. Parce que dans l’absolu, on a assez de dojos. D’un point de vue socio économique, les pratiquants de Dakar ont les moyens de  le faire. Donc, il faut doter les zones les moins favoriser à ce que la massification de la discipline soit effective » a indiqué le président Wade.


Omar DIAW 

Comments are closed.