Site icon Sud Quotidien

Kaolack – amélioration de la gouvernance foncière dans les régions : l’expérience de l’UGB dispensée aux élus locaux

L’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis, en partenariat avec la Coopération allemande Giz, branche technique et financière de la coopération allemande, et le projet « Seen Suuf », va terminer, ce vendredi 31 mai 2024, un atelier de deux (2) jours de formation destinée aux élus locaux des régions de Kaolack et Kaffrine. Outre le besoin de renforcer la capacité des acteurs nationaux et locaux en matière de gouvernance foncière, ce partenariat tripartite, à travers cette rencontre, vise deux (2) à trois (3) aspects majeurs : car, au-delà de la volonté des universitaires d’offrir au centre d’excellence de Saint-Louis une contribution majeure à la prochaine réforme sur le foncier au Sénégal, il s’agissait aussi dans cette démarche de poursuivre la dynamique de formation dite à la carte, lancée par ce centre universitaire en direction des élus locaux des régions du pays. Mieux, il s’agit de rehausser leurs niveaux de compétence en termes de gestion et gouvernance foncière.

Pour le coordonnateur de « NELGA » (Network Excellence on Land Governance in Africa), Pr Ibrahima Diallo, « ceci est un sujet d’actualité. Partout au Sénégal, à Dakar comme dans les régions, on spécule sur le foncier. C’est pour cette raison qu’on a choisi, aujourd’hui, d’échanger avec les acteurs dans une perspective d’améliorer la gestion du foncier au sein des gouvernances territoriales. D’ailleurs, tout récemment, nous avons adressé une note aux hautes autorités du pays, le Président de la République en l’occurrence, pour donner quelques pistes afin de pacifier la gestion du foncier et relever les défis du développement, en maîtrisant la gestion du foncier », a-t-il indiqué.

Quant au coordonnateur du projet « Seen Suuf «  dans la région de Kaolack, Mamour Dramé, il relève que « cette rencontre est la composante 2 du projet qui s’est fixé l’objectif de renforcer la compétence des acteurs régionaux, locaux et les populations rurales. Cependant compte tenu des enjeux qu’elle revêt, cette rencontre est d’une importance capitale car, elle constitue naturellement le soubassement de la sécurité alimentaire. En dépit de la licence professionnelle que nous avons relativement initiée, nous avons aussi choisi d’accompagner les collectivités territoriales sur la base d’une formation continue. Et avec l’expertise du centre d’excellence nous visons à renforcer notre initiative et permettre aux services régionaux agissant sur le foncier de manière d’être mieux outillés pour prendre en charge cette problématique du foncier qui, en marge de la question de survie est aussi un problème de démographie, une équation économique et une question de logement ».

Ainsi, dans la méthodologie utilisée, les débats lors de cette rencontre ont essentiellement tourné autour d’un partage de réflexions, d’outils et d’expériences développés par les partenaires internationaux, autrement dit les études déjà menées, les chartes et autres commissions élargies. Il s’y ajoute également les plans d’occupation et d’affectation des sols. Il y a aussi des réflexions sur les blocages, et la proposition de pistes pour faire avancer le processus de réforme foncière tel que prévu par les lois.

 

Abdoulaye FALL

Quitter la version mobile