Kaolack – campagne de chimio prévention du paludisme saisonnier : plus de 80 mille enfants de 3 à 120 mois ciblés

0
240

La campagne de Chimio prévention du Paludisme (CPS) prévue pour autant dans les districts de Kédougou, Kolda, Tambacounda, Diourbel, va démarrer dans le département de Kaolack, le 5 juillet prochain, pour prendre fin trois (3) semaines plus tard. Pour cette saison, 897.530 enfants sont ciblés sur le territoire national dont 83.419 pour la région de Kaolack. Outre les instructions de les faire dormir sous une moustiquaire imprégnée toutes les nuits et pendant toute l’année, ces enfants sont pour autant autorités à recevoir trois (3) prises de comprimés « SP » et « AQ » pour être immunisés pendant un mois.

Durant toute la durée de la campagne, cette opération sera poursuivie, dans une dynamique d’abriter tous les enfants des assauts du paludisme toute la saison durant. Ainsi, en amont de cette prochaine croisade préventive, plusieurs réunions de partages et d’informations avec les parties prenantes (relais, communicateurs traditionnels, leaders d’opinion, câbleurs de chaînes télé, agents de presse) ont été organisées. Histoire de réfléchir avec les acteurs proches ou distants des modalités de perfectionnement et le rôle que chacun d’entre eux doit jouer pour la bonne marche de l’opération.

Ainsi, face à certaines inquiétudes liées le plus souvent aux cas de réticences des familles ou parents et les autres cas d’allergie aux comprimés « SP » ou « AQ » devant être administrés aux enfants, d’importantes mesures ont relativement été prises afin de pallier à toutes éventualités. Notamment l’opportunité et la diligence de saisir, en cas de manifestations d’effets indésirables, la structure de santé la plus proche avec, sous la main, la carte d’identification attribuée à l’enfant. Une recommandation phare qui sera toutefois devancée par une large campagne de sensibilisation en direction des familles et des parents pour l’ouverture des concessions et l’accueil des équipes d’agents de santé et relais communautaires.

 

Abdoulaye FALL 

Leave a reply