Kaolack/ La population face aux investitures : « Ni Serigne Mboup ni Modou Ndiaye Rahma ne peuvent relever le défi du sous-développement »

0
441

Suite aux multiples réactions émises çà et là au sein des sensibilités de candidats déchus comme celle du maire sortant Mariama Sarr, le tournant des investitures aux élections locales du 23 Janvier prochain, depuis un certain moment, a migré vers les citoyens, intellectuels, et autres acteurs de Kaolack qui ne croient plus que la politique serait l’ultime alternative pour développer leur belle cité.

Le micro trottoir tendu hier, mercredi, à cette fraction de la communauté Kaolackoise a ainsi permis de détecter le mal profond qui traverse les coeurs et les esprits de ces pauvres citoyens en quête de meilleures conditions de vie et d’une commune en croissance. Mais il a surtout été une opportunité d’exprimer leurs sentiments par rapport aux investitures et crier fort un message qu’on a senti unanime chez eux.

Ainsi estiment-ils, « ni Serigne Mboup ni Modou Ndiaye « Rahma » ne sont capables de conduire le navire municipal à bon port« . Et la plus grande erreur concédée par le président Macky Sall et qui ne lui sera jamais pardonnée est le choix porté sur Modou Ndiaye « Rahma »‘ dans un contexte où ce candidat du  » Benno », présumé futur Maire de Kaolack est cité dans une affaire d’escroquerie foncière sur le marché de Médina Baye. Jusque-là poursuivent-ils, cette affaire n’est pas tirée au clair.

Mais le plus aberrant, qui justifie l’impertinence et crée l’inquiétude chez ces populations est de voir le leader de la coalition « Benno » remplacer le maire sortant Mariama Sarr par un autre qui ne sait ni lire ou écrire le français. A  la limite un homme dont personne ne connaît la fonction, mais qui fait montre d’énormes fortunes dont personne ne connaît la provenance, mais pour laquelle il fait montre d’une générosité extrême.

Pour ces populations « cet homme-là ne reflète guère l’image des anciens édiles de la commune de Kaolack Ibrahima Seydou Ndao, Oumar Bâ, Diène Bacar Guèye, Abdoulaye Diack, bref ces personnes qui ont fait de Kaolack ce qu’elle est devenue aujourd’hui« .

Ces mêmes sentiments de doutes et d’incertitudes mûris par les populations de Kaolack par rapport aux candidats à la mairie de leur commune, vont aussi à la personne du président de la Chambre de commerce de Kaolack. Sauf que pour Serigne Mboup, le seul prétexte de sa candidature ne ressort pas de sa volonté de développer Kaolack. Mais plutôt de son contentieux avec le maire sortant Mariama Sarr sur l’affaire « Auchan ». La firme commerciale française qu’il voulait implanter à Kaolack et en plein cœur dans le complexe  » Coeur de ville  » dont il est le promoteur.

Et ce, dans une dynamique de faire perdre toutes les taxes que l’entreprise doit verser à la municipalité. Comme il est d’ailleurs le cas avec toutes les entreprises implantées sur les périmètres de ce complexe. Ces entreprises qui prétextent d’une paternité étatique protégée n’ont jamais versé un sou en guise de taxe à la municipalité. Et lorsque Serigne Mboup a tenté de faire passer cette manœuvre avec « Auchan », le maire Mariama Sarr s’y est catégoriquement opposé. Ce qui a laissé émerger un long bras de fer entre lui et le Maire de Kaolack. Un contentieux qui d’ailleurs n’a pas encore connu son épilogue.

Cependant, le plus important reproche qui leur a été fait et qu’ils ont de commun est qu’ils constituent tous les deux des hommes d’affaires devant en permanence veiller sur leurs activités de routine. Si bien qu’ils n’ont pas le temps d’une gestion municipale et par conséquent, finiront par mettre la mairie en sursis entre les mains de leurs différents entourages dont le profil des uns et des autres ne reflète guère l’image de véritables gestionnaires municipaux. 

 ABDOULAYE FALL

Comments are closed.