Kaolack/ Le mouvement « La Solution par la Sagesse » enfonce Modou Ndiaye « Rahma » dans le litige foncier sur le marché de Médina Baye

0
240

Le litige foncier survenu ces derniers jours sur la place du marché de Médina Baye est encore loin de connaître son épilogue. Après les dernières informations livrées par un certain nombre de « medias » de la place et qui sont liées à cette affaire et les réactions d’hommes politiques et religieux notamment de Médina Baye, c’était le tour, mardi dernier, du mouvement « La Solution par la Sagesse » (MSS) du marabout Baye Mbaye Niasse, de dénoncer la complicité d’extorsion de cette bande de terre entre le promoteur du marché, Modou Ndiaye « Rahma », et d’autres services de l’Etat qui lui ont facilité la tâche de s’offrir un bail à son nom sur un terrain qui ne lui appartient guère. Ni lui ni un proche parent. Mais une superficie dont la paternité revient au fondateur du quartier religieux de Médina Baye, feu El Hadji Ibrahima Niasse (Baye) qui, de son époque, l’avait offert à ses fidèles afin qu’ils en fassent usage de marché et y déroulent des activités commerciales.

Après s’être fait attribué l’espace les années passées, en tant que promoteur en charge de sa construction, et ce grâce au truchement de la municipalité de Kaolack, Moooh Ndiaye « Rahma », comme indiqué par le coordonnateur du mouvement « La Solution par la Sagesse » ne s’est pas limité à cette besogne. Mais il a plutôt tenté, à travers les largesses dont il a bénéficié, de se procurer ces quelques hectares de terrain, dans le dos des bénéficiaires légitimes. D’ailleurs, pour ces mêmes raisons, Serigne Baye Mbaye Niasse a interpellé toutes les forces compétentes du pays, le chef de l’Etat en premier, afin que cette affaire soit tirée au clair et que toutes les responsabilités soient situées.

Mais le plus inquiètent dans ce projet de réalisation et modernisation du marché de Médina Baye, selon lui, est le montant d’investissement annoncé par Modou Ndiaye « Rahma ». En effet, chiffré à 3,5 milliards de F CFA dont 1,5 milliard de fonds initial et 2 milliards de F CFA rajoutés par le ministère du Commerce, cette enveloppe ne reflète nullement l’investissement consenti sur le marché. Pour lui, un simple tour sur le plan architectural suffit largement pour se rendre compte que la somme annoncée par le promoteur n’est pas investie sur le marché. Et pourtant, ajoute le coordonnateur du MSS, Modou Ndiaye « Rahma », d’après les informations collectées, a bénéficié d’une exonération ; ce qui l’a poussé à retarder, mieux, faire avancer la date de restitution de la première phase du marché et le démarrage de l’autre partie. Ceci sous prétexte de faire de la sous-traitance avec d’autres opérateurs ou importer de la marchandise partout dans le monde pour le compte du marché alors qu’il n’en est rien.

Une gravité extrême, selon le marabout de Médina Baye. Car le promoteur du marché de Médina Baye ne s’est pas limité à cela ; après la finition des travaux, il a exigé un tarif de location si lourd que les anciens pensionnaires du marché, qui y ont mené leurs activés pendant 40 voire 50 ans, ne peuvaient supporter. Des personnes qui sont restées pendant huit (8) ans à attendre et qui finissent aujourd’hui par mordre la poussière. Ce qui, de l’avis de Baye Mbaye Niasse, est décevant dans une société prétendant à l’emploi et la promotion de l’emploi surtout des jeunes.

Abdoulaye FALL

Comments are closed.