Kaolack/ lutte contre les violences faites aux femmes et jeunes filles : la Belgique en marche pour le renforcement de sa collaboration

0
207

La coopération Belge au développement, en partenariat avec l’État du Sénégal, a procédé à Toubacouta, situé à environ une cinquantaine de Kms au Sud-Ouest de Kaolack, à la clôture de son programme quinquennal (2019/2024) sur la santé de la femme, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent. Mieux, l’état de mise en œuvre par Enabel de ce programme santé dans les régions de Kaolack, Fatick et Kaffrine. Au-delà de cet exercice, cette journée a aussi été un prétexte pour les partenaires Belges de sensibiliser plusieurs acteurs sur les différentes formes de violences exercées sur les femmes et les jeunes filles. Certes un programme multiracial mais qui a permis l’installation progressive d’une multitude de centres d’accueil unique (Cau) sur l’ensemble de ces régions d’intervention dans l’objectif de mieux prendre en charge les victimes de violences. D’après les résultats d’études offerts en 2015 par le groupe d’étude et de recherche sur le genre et les sociétés (Gestes), le taux de prévalence de Kaolack en matière de violences basées sur le genre (VBG) est estimé à 54 %. Un chiffre qui semble alarmant pour avoir nécessité la formation de 105 prestataires et professionnels dans le but de garantir aux victimes un premier secours psychologique. De manière générale, pas moins de 2500 acteurs communautaires, prestataires et professionnels ont bénéficié de 150 sessions de sensibilisation et d’information sur les effets blâmables des mariages et grossesses précoces pour leur réduction au sein de la société. En plus, 105 policiers et gendarmes ont été aussi renforcés en capacités pour leur faciliter davantage la mission d’audition des victimes. A cet effectif, s’ajoutent 620 autres autorités professionnelles, agents communautaires des trois (2) départements de Kaolack ayant aussi été sensibilisés sur la loi 2020-05 du 10 Janvier 2020 criminalisant le viol et la pédophilie. Une période qui, à la limite, a aussi été marquée par une multitude d’informations, de formations, et surtout d’éducation sur la santé sexuelle chez les femmes. Pour Annick Peeters, manager à l’Agence Belge de développement,  » le programme a aussi contribué à la prévention et la prise en charge des violences basées sur le genre, à l’offre d’une santé de reproduction qualitative en direction des femmes. Et ceci en fonction des priorités affichées par l’État du Sénégal dans le cadre des droits universels à la santé de la reproduction ». Elle a cependant ajouté que  » la coopération Belge dans ses prérogatives oeuvre pour une approche basée sur les droits fondamentaux, mais accorde une attention spécifique sur les inégalités de genre qui regroupent aujourd’hui la santé des femmes, leurs enfants, les jeunes et les adolescents ». Malgré les résultats obtenus dans le cadre du programme santé, la coopération à travers ses interventions compte renforcer les acquis et les multiplier le plus largement possible au profit du Sénégal.

ABDOULAYE FALL

 

Leave a reply