Kaolack/ renforcement du système d’irrigation dans les zones rurales : 800 ha de bas-fonds prévus d’être aménagés cette année

0
823

Dans une perspective de consolider les acquis enregistrés pendant ces dernières années d’exercice et promouvoir un nouveau renforcement de son prochain programme destiné aux producteurs des régions, le projet d’Appui régional à l’initiative d’irrigation au Sahel (PARIIS) en partenariat avec les services techniques régionaux de l’Agriculture, a poursuivi hier jeudi 19 Janvier à Kaolack, la mise en place d’un comité régional de suivi. Ce comité aura pour mission de sélectionner les futurs projets qui lui seront soumis par les producteurs en perspective de la prochaine année d’activités dans cette partie du centre. Un prétexte pour ce projet sahélien de pouvoir exploiter en aval l’énorme potentiel d’aménagement de bas-fonds afin de faire profiter aux producteurs d’un système d’irrigation performant et booster la production rizicole au niveau des bassins et les sites à exploitation régulière. Et ce, pour une contribution plus dynamique à l’autosuffisance alimentaire, mieux la souveraineté alimentaire dans le pays. Ainsi pour cette année, ce programme préconise de réaliser un périmètre de 800 Ha de bas-fonds et périmètres maraîchers. Une démarche qui vise non seulement la mise en contribution des producteurs privés, mais surtout celle des groupements de femmes et les nombreux jeunes villageois en quête d’activité pendant la saison sèche. Ainsi, après cinq (5) années d’intenses activités sur le terrain, ce projet d’appui à l’irrigation peine à atteindre les 28.000 producteurs qu’il prévoit de toucher dans le cadre de son programme au plan national. Et avec l’Agence national de Conseil Agricole ( Ancar), les directions régionales de développement rural (Drdr), le service des Eaux et Forêts, les Agences régionales de développement (Ard) et les autres services régionaux en activité dans l’agriculture, le Pariis entend développer une nouvelle stratégie d’adoption pour renverser cette tendance et renforcer le système d’exploitation agricole en contre- saison.

ABDOULAYE FALL

Leave a reply