Kaolack : Sur les pas de Mame Abdoulaye Niasse et de Cheikh Al Islam

0
222

Comme à l’accoutumée,  le Gamou  sera célébré à Médina Baye de  Kaolack, par les disciples de El Hadji Ibrahima Niasse. Jouissant d’une grande  influence nationale et internationale pour avoir su fédérer,  par l’initiation au Wird (Ordre) Tidiane différentes nations et peuples de la sous-région, en Gambie, en Mauritanie, au Nigeria où il compte plus de soixante millions de disciples, au Niger, au Ghana, au Mali, au Sierra Léone etc. Mais, au-delà, c’est toute la famille Abdoulaye Niasse, né vers 1844 à Beli, dans le Djolof et fondateur de la famille religieuse des Niasséne et père de Cheikh Al Islam Baye.

En 1865, son père émigre dans le Rip pour fonder le village de Niassènne. Il l’y rejoint trois ans plus tard et fonde à son tour le village de Taïba, en 1868. En 1880, il rompit avec la lutte armée pour se retirer dans son village de Taïba où il se consacre à l’enseignement et à l’agriculture. Dès 1890, il s’était rendu à la Mecque, en passant par Fez où il noue des contacts avec la Zawiya-mère de la Tijaniya et à Alexandrie où il aurait reçu un diplôme attestant de son érudition islamique. En 1910, grâce aux bons offices de son ami El Hadji Malick Sy, l’administration l’autorise à s’installer à Kaolack.*

A sa mort, le 9 juillet 1922, il lègue à ses successeurs une communauté. Mouhammad Khalifa, son fils  prend en charge la communauté des «Niassènes» et Ibrahima Niasse enseigne dans les écoles coraniques de son père de Taïba, Kossi et Kaolack. Né à Taïba-Niassène, en octobre 1900, Cheikh Al Islam Ibrahima Niass, communément appelé, Baye est mort à Londre, le 26 juillet 1975. Les relations suivies de son père avec les lettrés du Sénégal, de la Mauritanie et de l’Afrique du Nord avait fait de la maison paternelle un endroit privilégié d’étude  des sciences religieuses, cultivant également un goût prononcé pour le mysticisme musulman ou soufisme.

O.D

Leave a reply