Kédougou – Fête de l’indépendance : les Fds comme levier au développement

0
204

A l’instar des autres régions du Sénégal, Kédougou a célébré en petit format, le 62ème anniversaire de notre pays, devant la gouvernance. Ce, après deux ans de léthargie due au Covid -19.

Avec comme thème « forces de défense et de sécurité et résilience nationale », le défilé du 4 avril a vu la participation des autorités étatiques, religieuses et coutumières. Se saisissant de l’occasion, le gouverneur de la région de Kédougou M. Saër Ndao a non seulement rappelé le rôle primordial des forces de défense et de sécurité mais aussi il a lancé un appel à toutes les forces vives de la région à l’unisson pour une meilleure cohésion sociale. « Peu importe le défi qui se dresse devant nous, ensemble avec l’appui des forces de défense et de sécurité, nous devons pouvoir installer nos populations dans un climat de bien-être qui va leur permettre de se sentir fortement sénégalaises. Nous devons les traiter avec tout le respect qui sied. Car, sans eux, on ne pourrait aspirer », a-t-il souhaité. Prenant exemple sur le Covid-19 qui a bouleversé l’équilibre de la société et le rôle non-négligeable que les FDS ont joué pour le vaincre, le gouverneur a souhaité une meilleure concrétisation du concept armée-nation, car rappelle-t-il « elles font partie de la société. On ne peut les y enlever. Ce ne sont pas nos ennemis et il ne faudrait pas les regarder comme des gens venus d’ailleurs ».

La sécurité par l’éclairage public et le renseignement

Par ailleurs, dans son discours, M. Saër Ndao a invité les élus locaux à redoubler d’efforts pour éclairer leurs communes. « Le premier intrant de la sécurité, c’est l’éclairage public ; une ville qui n’est pas éclairée est très difficile à sécuriser. Je lance un appel pour dire que nos cités doivent être beaucoup plus claires pour être beaucoup plus sûres et pouvoir aspirer à un bien-être. Revenant sur l’importance du renseignement qui est souvent mal perçu par la population qui y voit un acte de dénonciation, le gouverneur renseigne que c’est «un devoir qui incombe à tous les citoyens afin d’aider les forces de défense et de sécurité dans leur action préventive. Ainsi, les FDS pourront répondre à la mesure de la menace et éviter un danger. Ne pas la faire, c’est être complice de l’acte ».

Le pillage des ressources naturelles un frein au développement

S’adressant aux chefs de villages, M. Ndao a regretté le fait que « des gens se permettent de piller au vu et au su de tout le monde, sans qu’on ne les dénonce», ce qu’il qualifie d’ailleurs de « complicité ». Pour finir *, le gouverneur a rappelé l’apport inconsidérable des arbres qui participent à l’équilibre de la nature, car « Kédougou est une région chaude ; couper les arbres et détruire la forêt pour ses intérêts personnels, c’est contribuer au réchauffement climatique ».

PAPA ALIOUNE DIENG                                                                                                                                        

Leave a reply