Kenya : une juge blâme la police pour la mort d’un journaliste pakistanais

0
172

Un tribunal kényan a jugé lundi que la mort par balle d’un journaliste pakistanais par la police à Nairobi en 2022 était illégale et inconstitutionnelle, ont déclaré un avocat et la famille du journaliste.

La juge Stella Mutuku a également reproché au procureur général et au directeur des poursuites publiques du Kenya leur laxisme dans l’enquête sur la mort d’Arshad Sharif, après que la police a ouvert le feu sur sa voiture à un poste de contrôle routier.

La famille d’Arshad Sharif a accusé une unité d’élite de la police kényane d’avoir tué intentionnellement Arshad Sharif. Le journaliste de 50 ans avait fui le Pakistan au début de l’année pour éviter d’être arrêté dans son pays sous l’accusation de dénigrement des institutions nationales pakistanaises.

Les autorités kenyanes continuent d’enquêter sur cet assassinat et aucun des policiers impliqués dans la fusillade n’a été arrêté ou inculpé.

Dans son verdict de lundi, la Cour a demandé aux autorités kenyanes de conclure leur enquête sur les policiers. Elle a également ordonné au gouvernement d’indemniser la famille de Sharif à hauteur de 10 millions de shillings kenyans (78 000 dollars).

Dudley Ochiel, avocat de la veuve de Sharif, Javeria Siddique, a déclaré que la décision était une « grande victoire pour la famille et les amis de cet homme au Kenya, au Pakistan et dans le monde entier ».

M. Ochiel a déclaré qu’il s’attendait à ce que le procureur général engage des poursuites contre les deux officiers soupçonnés d’avoir abattu M. Sharif au barrage routier. L’assassinat a secoué le Pakistan et, quelques jours plus tard, des milliers de personnes sont venues assister aux funérailles de M. Sharif.

Le Pakistan a déclaré qu’aucune institution de l’État n’était impliquée dans sa mort.

Mme Siddique, qui a porté plainte contre la police kenyane avec les syndicats de journalistes kenyans, a déclaré que même si elle savait que son mari ne reviendrait pas, « au moins maintenant tout le monde sait qu’il a été tué intentionnellement ».

La police avait d’abord attribué la fusillade à une « erreur d’identité » lors de la recherche d’une voiture similaire impliquée dans une affaire d’enlèvement d’enfants.

Africanews

Leave a reply