Kohel – ziarra annuel de feu Mame Alpha Ndoungou Deme : sa famille réclame l’intégration dans le programme de modernisation des foyers religieux

0
371

L’édition 2023 de la Ziarra annuelle du village de Kohel, situé à environ 3,5 kms à l’Ouest du carrefour de Médina Sabakh, sur l’axe Farafenni/Kaolack, a connu cette année beaucoup plus d’affluence que les années précédentes. Au-delà des séances de récital du Saint-Coran, de recueillement et prières formulées en faveur d’une paix durable entre le Sénégal et la Gambie, cette grande rencontre religieuse a aussi servi de cadre au guide des lieux, Thierno Ismaïla Dème, d’évoquer les besoins de cette citadelle située à mi-chemin entre le Sénégal et la Gambie.

Même si en termes d’infrastructures, l’État du Sénégal a réussi la réalisation de multiples ouvrages notamment dans les secteurs de l’électricité et de l’eau, le guide religieux de la localité a encore une fois interpellé le gouvernement du Sénégal pour l’inscription de sa localité dans le Programme de modernisation des foyers religieux. Pour Thierno Ismaïla Dème, la modernisation de Kohel, en dehors de toute subjectivité, obéit à contribuer au renforcement de l’Islam sur cette partie de la frontière avec la Gambie et facilitera, sans doute, le dialogue interreligieux entre communautés religieuses des deux (2) pays.

Dans le même sillage, la famille Dème de Kohel plaide en faveur de la réalisation d’une Maison des Hôtes, pour accueillir les nombreux fidèles qui viennent de partout, tous les ans, en pareils moments de recueillement. Compte tenu du fait qu’à chaque édition de la Ziarra annuelle de Kohel, des milliers de fidèles quittent la Gambie voisine pour venir se recueillir dans le village religieux, il devient alors pressant de se pencher sur la modernisation de Kohel, pour changer les méthodes d’accueil de tout ce beau monde.

Aujourd’hui, avec ses concessions quasi étroites, incapables d’accueillir du monde, le village de Kohel peine à héberger tous ces pèlerins. Même pendant ce genre de journée où les fidèles, d’habitude, ne passent que quelques heures, le village ne dispose pas assez de chambres pour introduire des étrangers. A chaque fois que cette question se pose, les résidents se retrouvent dans l’obligation de sortir de leurs habitations, pour céder la place aux hôtes, pendant tout le long de leur court séjour. Tout le temps, le même phénomène se répète dans le village de Kohel ; et ce malgré les pas géants franchis dans le cadre du déroulement des programmes du Plan Sénégal émergent (Pse) ou du Programme de modernisation des axés frontaliers (Puma).

Abdoulaye FALL

Leave a reply