La Covid-19 a accentué la malnutrition en Afrique (PAM)

0
513

La malnutrition a augmenté la faim en Afrique. Le constat est d’un rapport du Programme alimentaire mondial (Pam) et du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (Unhabitat).

« La situation socio-économique des populations urbaines démunies d’Afrique subsaharienne s’est détériorée à la suite de la pandémie de COVID-19, avec des millions de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë et à la malnutrition », selon un nouveau rapport publié par le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (UNHABITAT) et le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies.

L’analyse de ce rapport révèle selon un communiqué reçu du Pam « que les personnes démunies vivant en milieu urbain dépendent souvent de l’économie informelle, vivent dans des quartiers surpeuplés et ont un accès limité aux services sociaux de base, notamment l’eau, l’assainissement et la santé, ainsi qu’aux filets de sécurité sociale formels ».

En outre, signale le document,  « les moyens de subsistance urbains en Afrique subsaharienne sont moins diversifiés, irréguliers, instables et essentiellement informels et dépendent davantage des marchés et de l’économie monétaire ».

Le document révèle aussi que « dans ce contexte, la perte de revenus, combinée à la flambée des prix due aux mesures d’endiguement de la Covid-19, et la fermeture des marchés informels sur lesquels les pauvres des villes comptent pour la majeure partie de leurs approvisionnements alimentaires, ont tous entamé leur capacité à accéder à des aliments nutritifs ».

Le Programme alimentaire mondial signale aussi que « si la pandémie a touché tous les segments de la société, les populations urbaines défavorisées vivant dans des bidonvilles et des établissements informels, qui représentent plus de 60 % de la population totale d’Afrique subsaharienne, ont été particulièrement touchés, avec plus de 90 % des cas de Covid-19 enregistrés dans les villes. Environ 68,1 millions de femmes, d’hommes et d’enfants des zones urbaines d’Afrique subsaharienne étaient à risque d’insécurité alimentaire aiguë en 2020. Ce chiffre comprend 22 millions de personnes en Afrique centrale, 16 millions en Afrique de l’Ouest, 15,7 millions en Afrique de l’Est et 14,4 millions en Afrique australe, soit 15 % de l’ensemble des populations urbaines de la région ».

Le rapport, qui fournit la toute première analyse de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle aiguë en milieu urbain dans 49 pays d’Afrique subsaharienne, appelle les gouvernements à donner la priorité aux systèmes de protection sociale et à les renforcer, ainsi qu’à améliorer les services sociaux de base destinés aux populations urbaines, en particulier celles qui vivent dans des bidonvilles et des établissements informels.

FATOU NDIAYE

Comments are closed.