La guerre en Ukraine, un accélérateur d’un monde reconfiguré (Amadou Diop)

0
443

Parce qu’il n’y a plus de terra incognito, séparée du reste de la planète, tout facteur majeur influe sur les acteurs internes et internationaux en raison de l’interpénétration des rives internes et externes sur l’écoulement du fluctuant fleuve mondial.

C’est à cette aune qu’il convient de mesurer l’amplitude du « séisme » en Ukraine  sur l’épicentre géopolitique. Dans ce mouvement accélérateur, toute l’architecture modelant les cinq continents semble, à des degrés divers, affectée :

  • l’Europe : tête de pont ;
  • le Moyen et Proche-Orient :en ébullition permanente ;
  • l’Asie : en montée de puissance ;
  • l’Afrique : aux multiples enjeux géostratégiques.

C’est sous ce regard introspectif, que pourraient se lire certaines lignes directrices qui tracent les allées de la diplomatie mondiale.

La visite du Président Biden en Israël, en Arabie Saoudite jumelée avec sa participation au sommet élargi des pays du Conseil de Coopération du Golfe, semble s’inscrire dans cette quête de contrôle du Proche et Moyen-Orient ; un carrefour comme indiqué à la page 37 de notre ouvrage « Sénégal : Perspectives et Grandeur d’une diplomatie » de :

  • civilisations : arabe, perse, turque, juive ;
  • religions : islam, christianisme, judaïsme ;
  • ressources stratégiques : eau, pétrole, gaz ;
  • confluence géographique : entre l’Afrique, l’Europe, l’Arabie, l’Asie, l’Océan Atlantique, la Méditerranée, le Golfe persique, le Canal de Suez.

De ce creuset fort complexe, ce déplacement aura, au moins, revêtu une triple dimension :

  • énergétique : l’augmentation de la production du pétrole, assurer un approvisionnement optimal du gaz dans la stratégie d’endiguement de la Russie et des conséquences qui en découlent ;
  • sécuritaire : rassurer les alliés traditionnels de la zone (Israël et les pays du Golfe notamment l’Arabie Saoudite) sur la fiabilité du bouclier sécuritaire américain face aux velléités iraniennes et russes dans la région ;
  • politique : mobiliser ses partenaires extérieurs pour affaiblir d’avantage la Russie, contrer l’influence de la Chine et capter l’électorat intérieur américain sur la défense des intérêts économiques, énergétiques et stratégiques de l’Amérique, surtout dans le contexte de l’élection en vue de mi-mandat ;c’est dire, une fois de plus l’enchevêtrement des enjeux internes et externes.

Au demeurant, le sommet Russie-Turquie-Iran qui a immédiatement suivi ce déplacement du Président Biden, se nourrit, dans ce jeux d’échec, pour :

  • l’axe Moscou-Téhéran de briser leur isolement diplomatique, contrer l’influence américaine, de briser les chaines des embargos liés à la guerre en Ukraine et au nucléaire pour l’Iran ;
  • Ankara, dans un exercice d’équilibre entre les protagonistes de jouer sa partition en tant qu’acteur majeur, de neutraliser le front Kurde, d’assurer une relance économique dans la perspective de l’élection présidentielle en Turquie dans un an environ.

Au demeurant, les déplacements du Président Erdogan à Riyadh, Sotchi, la reprise des relations diplomatiques avec Israël, les efforts internes déployés pour conclure l’Accord sur les céréales (en relevant au passage la démarche hautement salutaire de la Présidence de l’Union Africaine, Son Excellence Monsieur Macky Sall, en direction de la Présidence Russe, Son Excellence Monsieur Vladimir Poutine), paraissent s’inscrire dans cette dynamique tout comme le lancement du Satellite iranien par la Russie.

Ce puzzle diplomatique évoqué dans ces grandes lignes, autour de cette zone de confluence Proche orientale, ne manquera pas d’être revisité à travers les autres espaces géopolitiques, en gardant à l’esprit leur interaction globale.

 

Amadou Diop, Ancien Ministre, Conseiller

Ancien Ambassadeur.

Leave a reply