La ligne électrique Kayes-Tambacounda mise en service

0
581

(APS) – La Ville de Tambacounda est désormais alimentée en électricité à partir du réseau de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), a indiqué, vendredi, l’expert électricien au projet régional Manantali II, Mamadou Billé Barry.

« La ligne électrique de 294 km est achevée. Elle est mise en service et, à partir d’aujourd’hui, la ville de Tambacounda est alimentée par le réseau de l’OMVS qui est synchronisé avec le réseau OMVG qui arrive de Kaolack », a-t-il expliqué.

Barry s’adressait à la presse au terme d’une visite effectuée sur le site de la ligne haute tension de Manantali ll, en présence d’une délégation du projet et du préfet du département de Tambacounda.

La ligne électrique Kayes (Mali)-Tambacounda (Sénégal) a pour but de relier les centrales électriques de l’OMVS et favoriser les échanges d’énergie entre les pays membres. Elle est financée à hauteur de 60 milliards de francs CFA par la Banque mondiale.

« Cette ligne a plusieurs sources d’alimentation et elle vient au moment où la ligne existante Bakel – Dagana par laquelle transite la Mauritanie et le Sénégal est en phase de saturation. On avait besoin de cette ligne pour évacuer toute cette production », a relevé Mamadou Billé Barry.

Le projet Manantali II a développé des mesures sociales pour compenser les villages impactés, avec la réalisation d’écoles et de périmètres maraîchers.

A Darou Ndiouféne dans le département de Goudiry, la délégation a visité l’une des écoles primaires construites par le projet.

Elle est composée d’un bâtiment de deux classes, d’un bureau pour le directeur, d’une salle de lecture et des toilettes.

Un périmètre maraicher à vocation pédagogique et un forage pour équiper le village d’un autre point d’eau raccordé au poste de santé, ont aussi été réalisés.

Selon l’expert en environnement de l’unité de coordination du projet, Abdoulaye Fall, ‘’le but est de faire de cette école une référence pour que les élèves qui vont en sortir soient des modèles pour la population’’.

Pour sa part, Djamel Ibrahim, spécialiste en énergie à la Banque mondiale, s’est dit satisfait de ces infrastructures mises en place ‘’qui sont des options pour optimiser le trafic de la ligne et minimiser ses impacts’’.

Leave a reply