La ministre Sophie Gladima rassure concernant tension sur le Kerosene et le carburant

1
292

La crise Ukrainienne a eu des impacts  sur l’économie mondiale  et en particulier sur le marché des hydrocarbures. Les prix du gaz et du pétrole ont grimpé entrainant une tension sur des produits comme le kérosène et le carburant. Face  à la presse hier, jeudi 28 Avril, la ministre du Pétrole et des énergies Sophie  Gladima  a fait savoir que le Sénégal, à l’heure actuelle, est à l’abri d’une rupture de stocks de ces produits.

A l’heure actuelle, le Sénégal est à l’abri d’une rupture de stock d’hydrocarbures. L’assurance est de la ministre du Pétrole et des énergies Sophie Gladima. Elle s’exprimait hier, jeudi 28 Avril, lors de la conférence de presse du gouvernement.« En ce qui concerne la disponibilité du kérosène, à l’heure actuelle, nous avons 4000 tonnes  de kérosène disponibles. Nous attendons 7000 tonnes en début mai. Ce qui va couvrir  à peu près 20 jours  de ravitaillement. Les commandes sont à jour  et nous pensons qu’avant ces 20 jours ne terminent, ce kérosène sera disponible au  Sénégal », rassure-t-elle. Pour le gasoil, elle renseigne que  30 mille tonnes  sont disponibles et 30 mille autre  attendues d’ici fin mai. Selon elle, c’est la même chose pour le Super avec 15 mille tonnes disponibles et 25 mille  tonnes attendues dont les 22 mille appartiennent à Petrosen Ts.

Par ailleurs, la ministre déclare que  de janvier à avril, le gouvernement du Sénégal  a injecté 100 milliards Fcfa pour atténuer les charges. Malgré cela, elle  projette que le déficit  pour l’année 2022 s’élèverait à 455 milliards Fcfa au taux de 100 dollars le baril. Revenant sur les efforts consentis par l’Etat du Sénégal dans le secteur de l’électricité, elle soutiendra :« Aujourd’hui nous avons doublé l’électrification rurale. Nous sommes partis de 25% à 55%. Au niveau urbain, nous sommes de 88% à 96,2%. Ce qui fait une moyenne nationale qui est passée de 58% à 78% et nous comptons obtenir l’électrification universelle d’ici à 2025 ».

Dans la foulée, la ministre du Pétrole et des énergies a fait savoir que l’arrivée de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (Omvg) va permettre de corriger rapidement les disparités notées dans la fourniture d’électricité au niveau de certaines zones. « Avec l’arrivée de l’Omvg, toute la zone Sud et Sud Est devrait être dans un réseau interconnecté. Parce que c’est le Nord et le centre du pays qui étaient dans un réseau. C’est ce qui expliquait  pourquoi le Sud et le Sud Est n’était pas électrifiés à temps », a-t-elle laissé entendre.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply