« La pauvreté n’est pas une fatalité », Abbé Alphonse Seck, SG Caritas Sénégal

0
312

Prenant part samedi dernier, à un panel organisé à la Pouponnière de Médina et libellé comme suit : « Déconstruire la pauvreté par la promotion d’une société juste et solidaire », dans le cadre de la célébration de la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, Abbé Alphonse Seck, secrétaire général de Caritas Sénégal a laissé entendre qu’« ici nous touchons du doigt une manifestation de la pauvreté, sujet qui nous réunit pour ce panel ».

En effet, souligne-t-il ; « des enfants, dont l’existence était à jamais compromise et dès les premiers jours ou semaines de leur venue au monde, sont ici accueillis, aimés et sauvés grâce au dévouement de personnes qui ont voué leur vie à combattre les manifestations de la pauvreté dès les premiers instants de la vie ».

C’est là un signe qui doit nous enraciner davantage dans la conviction que « la pauvreté n’est pas une fatalité et qu’une victoire est toujours au bout de l’effort et de l’engagement ». Il est possible, en effet, de marquer des avancées sur la voie de sa déconstruction afin que, « dans notre pays et partout, soit honorée en chaque homme et femme la dignité reçue de Dieu, son Créateur », dira-t-il.

Pour ce faire, explique-t-il « nous avons besoin, comme d’un réflexe de tous les acteurs, de nous concerter et d’agir en synergie. C’est ce que nous espérons, en saisissant le cadre de la commémoration de la Journée Internationale pour l’élimination de la pauvreté, pour convier les services de notre Etat, les institutions du Systèmes des Nations Unies et tous les acteurs de la société civile et du monde des ONG, à réfléchir ensemble pour mieux comprendre les manifestations de la pauvreté, faire l’état des lieux de nos stratégies et politiques, pour trouver ensemble des voies nouvelles d’action pour déconstruire la pauvreté ».

Le thème de la journée du 17 octobre, célébrée par anticipation porte sur : « Construire l’avenir ensemble ; mettons fin à la pauvreté persistante en respectant toutes les personnes et la planète ».  

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply