« La politique d’inclusion sociale est bonne mais insuffisante », Abdoulaye Seck, spécialiste en Finance sur le transfert de cash

0
183

Le spécialiste en finance, banque et gestion des risques, Abdoulaye Seck, invité de Soir info de la TFM pour analyser le grand transfert d’argent de 43 milliards de FCFA vers les ménages les plus démunis du Sénégal lancé ce jour par le président de la République Macky Sall indique qu’économiquement, en termes de rationalité des dépenses publiques, « cette théorie n’est pas acceptable ».

Il s’agit de mobiliser 43 milliards pour un total de 542.956 ménages avec tous les coûts de mobilisation y afférents relativement « aux frais courtage, les frais d’intermédiation, les taux d’intérêt, les coûts d’utilisation des plateformes de transfert y compris la distribution gratuite de cet argent aux bénéficiaires me parait ‘’incongrue’’ », a-t-il dit.

Relativement à l’opportunité de cette opération au regard de la dernière étude qui indique que la pauvreté a augmenté de 5%, le spécialiste en finance précise que le chef de l’Etat a été prudent sur cette question en demandant qu’on « attende les résultats consolidés qui seront disponibles à partir de décembre 2022 ». Il argumente : « Ce qu’il faut retenir de cette option, c’est qu’en réalité, le président de la République est dans sa logique ».

Parce que, croit-il savoir, depuis son élection à la tête de l’Etat, « le chef de l’Etat a fait de la protection sociale une des priorités de son action politique. C’est lui qui a initié les bourses familiales, la protection sociale. Ce qui loin sans faux est une très bonne chose », soutient-il.

Toutefois, il relève qu’il manque un maillon essentiel dans ce dispositif : « Depuis 2013, il y a presque 197,353 milliards de FCFA qui ont été investi dans cette affaire de bourses et de protection sociale ». Mais, à regarder de près, le nombre de ménages pris en charge dans cette affaire continue d’augmenter, et si l’on parle de baisse, ça apparait très paradoxale.

En clair, « c’est une politique d’inclusion sociale, mais il manque à cette définition de politique d’inclusion sociale un aspect qui permet de passer d’une catégorie à revenu faible à une catégorie à revenu moyen ».

JP MALOU    

Leave a reply