La présidente du Hcct invite à « boycotter » les listes récalcitrantes au respect de la parité, lors des locales

0
186

L’Observatoire national de la parité (Onp) a organisé un atelier de lancement de son projet de renforcement de la démocratie paritaire aux élections municipales et départementales de janvier 2022. S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture de cette rencontre, Madame Aminata Mbengue Ndiaye, présidente du Haut Conseil des Collectivités Territoriales a exhorté ses camarades à être fermes au moment de la confection des listes et exiger une parité au niveau des candidates têtes de listes à défaut de boycotter tout simplement les listes récalcitrantes.

Une véritable course contre la montre. A moins de trois mois des élections municipales et départementales du 23 janvier 2022 prochain, l’Observatoire national de la parité (Onp) engage la bataille pour  une présence des femmes dans les organes de décision locale conforme à l’esprit de la Loi n° 2010-11 du 28 mai 2010 instituant la parité absolue Homme-Femme.

Avec l’appui de ONU Femmes, du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH) et du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (Hcct), il a organisé hier,  mercredi 06 octobre, un atelier de lancement du « Projet de renforcement de la démocratie paritaire aux municipales et départementales de janvier 2022 sur le thème : « Quelles stratégies pour positionner les femmes candidates en tête de liste ». ».

S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture de cette rencontre tenue sous sa présidence dans les locaux de son institution, Mme Aminata Mbengue Ndiaye, présidente du Hcct a engagé ses consœurs à rester plus que jamais mobilisées pour défendre leur cause. Et pour cause, prévient-elle, « le changement de paradigme  apporté par la loi n°18/2021 portant code électoral qui a institué l’élection au suffrage direct des organes exécutifs  aura des conséquences importantes sur la représentation féminine au niveau des instances de décision pourrait engendrer, si on  n’y prend garde,  une régression  de la représentation des femmes aux fonctions de Maire et Présidente de conseil départemental ».

« La bataille des femmes candidates « tête de liste » devra être prise très au sérieux », insiste encore la présidente du Hcct par ailleurs Secrétaire générale du Parti socialiste. Poursuivant ainsi son propos,  l’ancienne mairesse de Louga d’exhorter ses camarades à être fermes au moment de la confection des listes et exiger une parité au niveau des candidates têtes de listes à défaut de boycotter tout simplement cette liste.

« Il faut que chacune de nous mène le combat dans son organisation. Nous devons exiger une parité dans les têtes de listes au moment des investitures dans chaque collectivité. Et si, des organisations ne veulent pas se conformer, dans ce cas, il faut leur dire que s’ils ne conforment pas, vous allez boycotter la liste. C’est tout !», a martelé madame la présidente du Hcct avant d’ajouter.

«Je vous assure si, nous ne faisons pas ainsi, la loi sur la parité ne sera jamais respectée. Nous sommes avec vous dans ce combat et nous allons également mener le plaidoyer au niveau supérieur pour que dans une collectivité où, il y a une unité, qu’on y investisse un homme et une femme ».

Aminata mbengue NDIAYE

Identifier les obstacles au positionnement des femmes candidates

Auparavant, c’est madame Oulimata Sarr, Directrice régionale ONU Femmes et Andréa ORI, représentant Régional du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme qui sont  montés au créneau en premier pour attirer l’attention sur les défis liés à la présence des femmes dans les instances de décision. Dans son allocution, madame Sarr a proposé une stratégie qui tourne autour de cinq points critiques dont entre autres, la fin des rencontres à huis clos entre femmes, le Financement des activités des femmes, le renforcement de capacités des femmes en leadership mais aussi en plaidoyer pour la défense de leurs intérêts.

Pour sa part, le représentant Régional du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme a plaidé pour la revue des Lois et pratiques discriminatoires à l’égard des femmes.  Prenant la parole en premier, Mme Fatou Diop, présidente de l’Onp a axé son intervention sur les objectifs de cet atelier qui vise, selon elle, entre autres, à « susciter des discussions autour de l’élection au suffrage universel direct des Maires et Présidents de Conseils départementaux et ses enjeux sur la représentation féminine ; » « identifier les obstacles au positionnement des femmes candidates en « tête de liste »  et à «identifier des stratégies et actions à dérouler pour assurer une meilleure représentativité des femmes candidates en « tête de liste », en vue de relever le taux de femmes maires et Présidentes de Conseils départementaux ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply