La ratification du Protocole de Malabo préconisée pour lutter contre les changements anticonstitutionnels de gouvernement

0
681

(APS) – Le professeur Chidi Odinkalu, ancien président de la Commission nationale des droits de l’homme du Nigeria, a appelé à une ratification du Protocole de Malabo qui étend les compétences de la Cour africaine des droits de l’homme.

Intervenant à la conférence internationale de Banjul consacrée aux changements anticonstitutionnels de gouvernement dans la sous-région ouest africaine, le militant nigérian des droits de l’homme a fait savoir que la ratification de ce protocole allait permettre d’inclure les crimes relevant du droit international dans les compétences de la Cour africaine des droits de l’homme.

‘’Le Protocole de Malabo confère à la Cour la compétence de juger 14 crimes différents, dont le génocide, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre, et est issu d’un processus rigoureux conçu pour renforcer la compétence de la Cour en réponse à la dynamique de l’environnement international’’, a rappelé Chidi Odinkalu.

Insistant sur le fait qu’aucun pays africain n’a jusque-là ratifié le Protocole près de dix ans après son adoption, il a invité la Gambie qui abrite le siège de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples à donner l’exemple en devenant le premier pays à ratifier ce protocole.

Il a laissé entendre que la ratification du Protocole de Malabo par les Etats africains va ouvrir la voie à son opérationnalisation et ainsi dissuader davantage les militaires tentés par des coups d’Etat sur le continent.

Leave a reply