La région de kolda et les nouvelles promesses du consommer local

0
1185

(APS) – La promotion du consommer local est devenue le combat quotidien de nombreux acteurs du développement local à Kolda (sud), un engagement accentué par le renchérissement des prix des produits alimentaires, en lien avec les conséquences économiques de l’invasion de la Russie en Ukraine.

Cet engagement est béni par les autorités administratives locales, qui sont convaincues que la solution à la cherté de la vie passe par le consommer local et la transformation des produits locaux.

Beaucoup de ces figures locales, dont les plus représentatives, sont d’avis que la promotion des produits locaux est l’une des voies de sortie du chômage, notamment dans une région périphérique comme Kolda, qui peut compenser son éloignement de la capitale par sa position transfrontalière.

Alseny Baldé, dit Ziko, est un artiste-musicien très en vue de scène de la région de Kolda. Il doit sa renommée à son talent tout autant qu’à son engagement social et communautaire, pour la promotion du consommer local notamment.

Ziko a fait du consommer local et de la transformation des produits locaux son violon d’Ingres. Ses prises de position toujours remarquées sur cette question en témoignent, l’artiste espérant plus facilement faire avancer cette cause en profitant de son aura médiatique.

Il vient de lancer une tournée de promotion dénommée « Fan Club Made in Sénégal », un concept culturel et événementiel de contributions citoyennes à la promotion du consommer local et au marketing des exportations.

Ziko part du principe qu’un changement des habitudes alimentaires est une étape indispensable pour mieux faire face à la cherté de la vie, une conséquence de la flambée des prix des denrées de première nécessité.

’’Le fonio peut remplacer le riz’’

« Nous devons apprendre à compter sur nous-mêmes en consommant nos produits locaux, parce que c’est l’un des meilleurs moyens pour diminuer notre dépendance de l’extérieur et éviter de subir les conséquences des crises sanitaires et sécuritaires qui secouent le monde », dit-il.

« Nous avons juste besoin de nous décomplexer en valorisant nos produits locaux par (…) la consommation », à charge pour l’Etat de s’engager « davantage à faire de l’autosuffisance alimentaire une priorité (…) parce que nous avons le potentiel requis pour produire ce que nous consommons », martèle Ziko.

Le message de sensibilisation de l’artiste vise à amener ses compatriotes, notamment les populations de la région de Kolda, à consommer davantage les produits du cru, dont le fonio, une céréale pouvant « remplacer le riz dans nos repas de midi ».

La démarche de Ziko a la vertu d’être partagée par les autorités administratives locales, dont l’adjointe du gouverneur de la région Kolda chargée du développement économique, Marème Hann Kouyaté. Elle est d’avis que « la consommation de nos produits locaux est le meilleur moyen pour booster les activités des hommes et des femmes qui s’activent dans la transformation des céréales ».

Aussi annonce-t-elle qu’il sera désormais exigé des traiteurs qu’ils proposent des produits ou plats à base de produits locaux pour les pause-café et autres repas devant être servis lors des rencontres officielles dont elle sera chargée de la coordination.

Marème Hann Kouyaté insiste sur « la nécessité de consommer les produits locaux dans un contexte où la cherté de la vie et l’inflation au niveau international rendent de plus en plus difficile la vie de nos concitoyens ».

« Il faut qu’on consomme davantage ce que nous produisons parce que cela nous permet de soutenir les acteurs du développement local, qui s’activent dans la production ou la transformation, et de participer au renforcement du tissu industriel local », plaide Mme Kouyaté. Un plaidoyer de bon augure pour des combattantes du leadership féminin comme Khady Badiane, présidente d’un groupement d’intérêt économique de femmes et de jeunes filles de Kolda spécialisées dans la transformation des produits locaux, dont le maïs et le fonio.

Elles se sont dotées d’une unité de transformation qui assure leur gagne-pain quotidien et des revenus leur permettant de subvenir à leurs besoins financiers, en attendant un véritable envol de leur activité.

« Certes, l’écoulement de nos produits n’est pas si rapide comme on l’aurait souhaité, mais on ne se plaint pas parce qu’on parvient au moins à faire des bénéfices que l’on se partage, ce qui permet à chacune d’entre nous d’avoir de quoi subvenir à ses besoins », confie Mme Badiane.

’’Il ne reste qu’à accompagner les femmes’’

Il reste le soutien de l’Etat pour accompagner davantage les femmes « déjà lancées dans la transformation des produits locaux », ce qui devrait « encourager les autres qui sont toujours hésitantes à les rejoindre dans cette belle aventure », estime cette leader féministe dont le charisme est reconnu des observateurs de la région de Kolda.

L’engagement de Khady Badiane pour ce domaine a forgé sa conviction selon laquelle la transformation des produits locaux est un secteur sur lequel l’Etat peut et doit s’appuyer pour lutter contre le chômage et garantir l’autonomisation des femmes.

« Aujourd’hui, il ne reste qu’à soutenir les femmes en termes de moyens financiers et techniques pour qu’elles puissent renforcer leurs capacités de production, parce que les populations commencent à s’habituer à la consommation de nos produits et ont compris que c’est le meilleur moyen d’amoindrir le coût de la vie », note-t-elle.

De premiers résultats déjà visibles en termes d’amélioration des conditions de vie des femmes à Kolda, souligne Dieynaba Touré, une autre femme transformatrice de la ville de Kolda.

« On ne peut pas dire qu’on est totalement satisfaites, mais s’il y a une activité qui permet aux femmes qui n’ont pas été à l’école ou qui n’ont pas fait de longues études de gagner dignement leur vie, c’est la transformation des produits locaux », soutient-elle.

« C’est grâce à la transformation du pain de singe (les fruits du baobab), de la mangue ou du citron en jus qu’elles parviennent à subvenir à leurs besoins et à assister leur époux dans la gestion des charges familiales », ajoute-t-elle.

Transformer les femmes en exportatrices de produits

« Donc, je crois que si l’Etat soutient davantage les femmes, on peut arriver à une autonomisation des femmes parce que les Sénégalais ont tendance de plus en plus à consommer nos produits, car ils sont naturels et très bons pour la santé », explique-t-elle.

« En plus, conclut Dieynaba Touré, la qualité de nos produits est améliorée et l’hygiène est assurée grâce à la transformation, mais également parce que nous avons maintenant des sachets certifiés pour leur conservation. »

L’Agence sénégalaise de promotion des exportations (ASEPEX) veut rebondir sur cet élan pour « faire des femmes transformatrices de la région de Kolda des exportatrices », selon son représentant dans la partie sud du pays, Jean-Pierre Ngom.

Ce dernier se dit convaincu que « ces femmes battantes n’ont besoin que d’être assistées en termes de moyens financiers et techniques pour être de vraies championnes de l’exportation des produits locaux, car il y a dans la région de Kolda beaucoup de produits que l’on peut exporter ».

Cette région « offre de nombreuses opportunités, notamment la disponibilité des produits locaux dont l’exploitation peut nous permettre de taper à la porte du marché international », estime Jean-Pierre Ngom.

Il promet, au nom de l’ASEPEX, de « soutenir tous les acteurs de développement de la région qui veulent se lancer dans la transformation et l’exportation des produits locaux ».

Leave a reply