La Serbie met son armée en état d’alerte après les tensions au Kosovo

0
212

L’armée serbe est en état d’alerte depuis lundi soir, après une demande du président, qui a exigé que les troupes soient « au plus haut niveau de préparation au combat ». Depuis quelques semaines le Kosovo, pays dont l’indépendance n’a jamais été reconnue par Belgrade, est le lieu de nombreuses tensions provoquées par des Serbes en colère contre l’arrestation d’un ancien policier.

L’armée serbe a indiqué avoir placé ses troupes en état d’alerte renforcée lundi 26 décembre au soir, une situation qui souligne les tensions récentes au Kosovo voisin où ont eu lieu des tirs et des explosions et où des barrages routiers ont été érigés.

« Le président a ordonné à l’armée serbe d’être au plus haut niveau de préparation au combat, c’est-à-dire au niveau de l’utilisation de la force armée », a déclaré le ministre serbe de la Défense, Milos Vucevic, dans un communiqué.

Le général Milan Mojsilovic, chef des armées serbes, a annoncé avoir été dépêché par le président de Serbie Aleksandar Vucic à la frontière avec le Kosovo.

« La situation là-bas est compliquée », a déclaré le chef d’état-major, à la télévision Pink dimanche soir, en route vers Raska, à dix kilomètres de la frontière avec le Kosovo.

Il a ajouté qu’elle requérait « la présence de l’armée serbe le long de la ligne administrative », terme utilisé par les autorités serbes pour désigner la frontière avec le Kosovo.

Et le ministère serbe de l’Intérieur a indiqué que « toutes les unités » passeront « immédiatement sous le commandement du chef d’état-major général ».

Des tensions et des barrages depuis des semaines

La Serbie ne reconnaît pas l’indépendance de son ancienne province méridionale, peuplée très majoritairement d’Albanais, qu’elle avait proclamée en 2008. Elle encourage les 120.000 Serbes au Kosovo à défier les autorités locales, au moment où Pristina veut asseoir sa souveraineté sur l’ensemble du territoire.

Plusieurs centaines de Serbes du Kosovo ont érigé depuis le 10 décembre dans le nord du Kosovo des barrages pour protester contre l’arrestation d’un ancien policier serbe, paralysant la circulation vers deux postes frontaliers avec la Serbie.

Peu avant le départ du général Mojsilovic vers la zone frontalière, plusieurs médias serbes ont diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux, dans laquelle on entend des coups de feu, affirmant qu’il s’agissait de « combats » survenus en début de soirée lorsque les forces kosovares ont essayé de démanteler une barricade.

Ceci a aussitôt été démenti par la police kosovare qui a affirmé sur sa page Facebook que ses membres n’avaient participé à aucun échange de tirs.

Une patrouille de la Kfor « attaquée »

Les médias à Pristina ont affirmé en revanche qu’une patrouille de la Force de maintien de la paix au Kosovo (Kfor), mission de l’OTAN, se trouvait dans la zone de tirs.

Le ministre kosovar de l’Intérieur, Xhelal Svecla, a affirmé que la patrouille de la Kfor avait été attaquée.

De son côté, la Kfor a annoncé mener l’enquête sur des tirs « le 25 décembre, à proximité d’une patrouille de la mission de l’OTAN au Kosovo ».

« Il n’y pas a eu de blessés ou de dégâts matériels », a affirmé la Kfor dans un communiqué.

Début novembre, des centaines de policiers serbes intégrés à la police kosovare, ainsi que des juges, procureurs et autres fonctionnaires ont quitté leur poste en masse, pour protester contre une décision, et désormais suspendue du gouvernement de Pristina, d’interdire aux Serbes qui vivent au Kosovo d’utiliser des plaques d’immatriculation délivrées par la Serbie.

La situation avec le Kosovo est « au bord du conflit armé », avait estimé la Première ministre serbe Ana Brnabic la semaine dernière.

Rfi.fr (avec AFP)

Leave a reply