La Tunisie balaie les critiques après l’arrestation de Rached Ghannouchi

0
590

La Tunisie a qualifié, mercredi, d' »inadmissibles » les critiques françaises et européennes portant sur l’arrestation, deux jours auparavant, du chef d’Ennahda, Rached Ghannouchi. Ce dernier est l’opposant le plus en vue à être arrêté dans le pays depuis le coup de force du président Kais Saïed en 2021.

La Tunisie a fermement rejeté, mercredi 19 avril, les inquiétudes, exprimées notamment en Europe, après l’arrestation de l’opposant islamiste Rached Ghannouchi, les qualifiant d' »inadmissibles ».

Chef du parti islamo-conservateur Ennahda et de l’ancien Parlement, Rached Ghannouchi, 81 ans, est l’opposant le plus en vue à être arrêté en Tunisie depuis le coup de force du président Kais Saïed, qui s’est emparé des pleins pouvoirs en juillet 2021.

Son arrestation, lundi, est survenue après des déclarations dans lesquelles il a affirmé que la Tunisie serait menacée d’une « guerre civile » si les partis de gauche ou ceux issus de l’islam politique comme Ennahda, y était éliminés.

L’Union européenne, un partenaire clef de la Tunisie, a dit, mardi, suivre « avec beaucoup d’inquiétude les derniers développements » dans le pays, citant l’arrestation de Rached Ghannouchi et la fermeture des locaux de son parti. L’UE a aussi souligné « le principe fondamental du pluralisme politique ».

La France a, pour sa part, noté que cette interpellation « s’inscrit dans une vague d’arrestations préoccupantes », rappelant son « attachement à la liberté d’expression et au respect de l’état de droit ».

Pour les États-Unis, ces arrestations représentent une « escalade inquiétante ». « Les arrestations par le gouvernement tunisien d’opposants et de critiques sont fondamentalement contraires aux principes que les Tunisiens ont adoptés dans une Constitution qui garantit de manière explicite la liberté d’opinion, de pensée et d’expression », a affirmé dans un communiqué le porte-parole du département d’État américain, Vedant Patel.

« La justice s’exerce sereinement »

Le ministère tunisien des Affaires étrangères a affirmé dans un communiqué, publié mercredi soir en réaction aux déclarations françaises et européennes, que « les lois de la République s’appliquent à tous les justiciables sans exception, avec toutes les garanties légales », et que « la justice s’exerce sereinement, sans être influencée par la vague de commentaires inappropriés et inadmissibles ».

Il a soutenu que ces commentaires « ne peuvent qu’affecter les efforts intenses du pays pour redresser une situation économique et financière sous grande tension du fait, en grande partie, de la mauvaise gouvernance et de l’amateurisme ayant caractérisé  la décennie écoulée » pendant laquelle le parti Ennahda de Rached Ghannouchi jouait un rôle politique de premier plan.

Le ministère n’a pas expliqué le lien qu’il fait entre les inquiétudes exprimées sur l’état de droit et les libertés dans le pays et sa situation économique. « Ces communications constituent une ingérence inacceptable dans les affaires internes de la Tunisie émanant de parties pourtant informées sur les réalités du pays », a ajouté le ministère tunisien, soulignant de nouveau « l’importance du redémarrage de l’économie tunisienne dans les meilleures conditions possibles ».

La Tunisie traverse une grave crise politico-économique qui pousse de nombreux Tunisiens à essayer de gagner clandestinement l’Europe par la mer au risque de leur vie.

France24.com

Leave a reply