La zone de Kafountine revit de l’arboriculture

0
1252

(APS) – L’arboriculture fruitière est en plein essor à Kafountine, dans la région de Ziguinchor, où cette activité accompagne une renaissance agricole garantissant au sud du Sénégal de demeurer le ‘’grenier agricole’’ du pays, en même temps que le retour de la stabilité.

La zone de Kafountine, dans le département de Bignona, semble bien profiter de l’amélioration du contexte sécuritaire, coïncidant avec le retour des personnes déplacées par la récurrence des violences liées à la rébellion déclenchée dans cette région il y a plus de quarante ans.

La vie avait quasiment repris son cours normal dans de nombreuses localités, durant ces dernières années, malgré quelques attaques attribuées à la rébellion et toujours suivies de ripostes de l’armée sénégalaise.

L’opération ayant permis à l’armée de démanteler les dernières bases de la rébellion en mars dernier a suscité un vent d’espoir nouveau dans cette zone. Elle contribue à la relance des activités économiques entamée depuis les années 2000.

Kafountine profite de cette situation, par le truchement de l’arboriculture fruitière, qui est de plus en plus pratiquée dans la partie correspondant à l’ancien arrondissement de Diouloulou.

De plus en plus de jeunes, même sans formation, sont attirés par une activité qui peut s’avérer lucrative. Comme la terre ne ment jamais, dit-on, ils semblent y trouver leur compte.

Partout dans cette partie du Sénégal, pullulent des plantations d’orangers, de manguiers, mais aussi des jardins potagers, généralement sous la forme d’exploitations familiales.

‘’Il faut de la patience pour récolter les fruits de mon labeur’’, enseigne Moustapha Faty, un ancien émigré reconverti dans l’arboriculture à Djindem, un village de la commune de Kafountine.

Faty sait que sait que sa nouvelle activité demande beaucoup de d’efforts, encore plus quand il s’agit de la culture et de l’entretien de plantations d’orangers, de goyaviers, de citronniers et de bananiers.

Ce diplômé de la faculté de droit de l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, un ancien émigré, reçoit le visiteur sous un arbre, dans son verger, près de sa petite demeure alimentée à l’énergie solaire.

‘’Tout le monde peut devenir fermier avec une bonne terre’’

Son installation est faite d’une dizaine de tuyaux traversant toute la largeur de sa plantation, sur lesquels sont entreposées des vannes à des intervalles réguliers. Ils sont connectés à d’autres tuyaux de diamètre plus petit, le tout surplombé par un système d’arrosage contrôlé par lesdites vannes.

‘’C’est le fameux goutte à goutte’’, renseigne le propriétaire, habillé d’un t-shirt marron et coiffé d’un bonnet dont le jaune est devenu terne à force de supporter les rayons du soleil.

En fait, Moustapha Faty est à la tête d’une ferme agroécologique en gestation, une exploitation tournée vers l’agriculture biologique, d’autant en vogue que l’utilisation des produits chimiques a montré ses limites.

‘’J’ai été pendant longtemps à l’étranger, je ne suis pas né paysan ou fermier, mais tout le monde peut devenir paysan avec une bonne terre et une maîtrise de quelques techniques dans le domaine agricole’’, dit-t-il pour expliquer son choix de revenir à la terre.

Moustapha Faty, la trentaine révolue, des lunettes de soleil bien à l’endroit, affirme qu’il est dans une ferme en gestation, mise en place depuis un peu moins de trois ans. Il y entretient des arbres fruitiers plantés à différentes périodes.

Dans la ferme qu’il exploite depuis un peu moins de trois ans, Moustapha Faty a planté des orangers, des bananiers, des mandariniers, des citronniers, des corossoliers et des papayers.

Pour rester en accord avec l’agriculture biologique, cet ancien émigré n’hésite pas à convoyer de l’engrais bio depuis Ziguinchor, du compost constitué essentiellement de coques d’arachide et de fumier ‘’extrêmement riche en nutriments’’, assure-t-il.

‘’L’idée, ici, c’est de faire de l’agroécologie, dans un espace où il est également possible d’aménager un potager et d’élever des animaux’’, explique le néofermier, dont les lunettes de soleil déparent avec un air de campagne fait d’odeurs d’herbes coupées et fanées.

‘’Les arbres fruitiers et le potager permettent de gagner un salaire et de donner en même temps des intrants pour les animaux élevés dans la ferme’’, le tout formant ‘’un cycle de vie cohérent et propre’’, relève-t-il.

Le recours aux machines pour les grandes superficies

Selon M. Faty, pour une exploitation dont la taille est comprise entre un et deux hectares, il faut en moyenne 5 à 6 millions de francs CFA d’investissements. Ses explications sont par moments interrompues par des gazouillements d’oiseaux et des chants de coqs.

Cet ancien émigré peut se considérer comme un privilégié, en comparaison d’autres fermiers de la zone qui ne disposent pas de matériel comme un tracteur, un rétrobatteur, une faucheuse, un semoir ou un chariot, un équipement évalué à environ 4 millions de francs CFA.

‘’Avec simplement nos outils traditionnels, le ‘cadiando’ notamment, il est difficile de travailler ici en Casamance, il y a beaucoup d’herbes’’, dit-il avant d’ajouter : ‘’Ces machines sont nécessaires pour amoindrir l’effort de travail et agrandir les superficies à exploiter, elle permet également de travailler sur toute l’année.’’

Décor presque similaire dans une autre propriété de Kabar, un quartier de Diannah, dans la commune de Kafountine, si ce n’est que le verger de Taïrou Diémé n’est pas complété par une maisonnette.

Sur un hectare entouré de plus 500 piquets et de deux rangers de fil barbelés, se trouve aménagé un jardin potager, des bananiers, des papayers, ainsi que pas moins d’une centaine de pieds d’orangers.

Les plants d’orangers sont prisés dans cette zone, du fait des ravages de la mouche blanche sur les mangues, par exemple. Même les plantes potagères sont victimes de cet insecte, selon Taïrou Diémé.

Il soupire profondément avant de raconter avec un air de désolation que l’année dernière, ‘’personne n’a vraiment vendu sa production de mangue à cause de ces mouches’’.

‘’C’est pourquoi tout le monde pratique l’arboriculture ici. Il y a une vingtaine d’années, la filière mangue marchait mieux. Ce n’est plus le cas’’, poursuit cet ancien journaliste reconverti dans l’agroforesterie.

Il assure que le jardin de légumes, les bananiers et les papayers permettent à sa famille de ‘’gagner quelque chose en attendant la maturation des oranges, qui rapportent beaucoup plus’’.

M. Diémé note que le maraîchage s’avère être ‘’une activité très rentable’’, avec les productions de tomate, de  piment, de gombo, d’oignon et d’aubergine, qui peuvent, selon lui, rapporter en trois mois entre 200.000 et 400.000 francs CFA.

L’arboriculture fruitière, un moyen de lutter contre le chômage

‘’Cela nous permet de supporter le coût de la vie pendant la période de maturation des oranges’’, insiste Taïrou Diémé.

La production d’orange, une fois arrivée à maturation, est écoulée à raison de 250 francs CFA le kilogramme, ‘’ce qui peut rapporter jusqu’à 3 millions par verger, parfois plus’’.

Selon Taïrou Diémé, cela justifie l’ampleur des investissements de plus en plus importants réalisés pour la production d’orange dans cette zone où certaines familles possèdent deux à trois vergers.

A Djindem, Sidya Sané n’est pas sans fierté au moment de faire visiter la plantation familiale, qui entoure la demeure dans laquelle il vit avec les siens, avec un portail donnant sur une piste de production que les flaques d’eau rendent difficilement praticable.

Le chef de famille fait admirer la bonne santé de ses orangers, dont les couleurs vives promettent de bonnes récoltes.

‘’L’année dernière, explique M. Sané, j’ai vendu une partie de ma production à un Bissau-Guinéen pour plus de 3 millions de francs CFA. Cela a permis à mon grand frère, qui est instituteur, d’économiser une partie de son salaire.’’

Au total, l’arboriculture s’impose dans cette zone comme un moyen de lutter contre le chômage des jeunes, cette activité aidant à fixer de plus en plus les populations chez elles et à lutter contre l’exode rural.

Le travail dans les fermes est aussi la garantie de revenus conséquents, pendant que les populations, de plus en plus, voient le sel gagner les rizières, sans compter les aléas d’une pluviométrie capricieuse avec le changement climatique.

‘’Nos vergers nous rapportent beaucoup, mais nous sommes confrontés à plusieurs problèmes’’, dont le premier est lié à la maîtrise de l’eau, souligne Taïrou Diémé. ‘’Il arrive des moments où le puits tarissent’’, il faut alors recourir à un système de pompage alimenté par l’énergie solaire.

‘’Pour cela nous avons besoin de financements, ce qui fait défaut’’, note Taïrou Diémé, estimant que les acteurs ont également besoin d’être formés davantage pour une meilleure maîtrise des techniques modernes.

Pour l’essentiel, les fermiers de la zone ‘’s’appuient beaucoup sur le savoir endogène’’ et le partage d’expérience, ce qui, selon lui, n’est pas suffisant ‘’pour faire face à certaines difficultés’’.

S’y ajoutent les lacunes dans la structuration de la filière, une situation qui impacte la vente des productions, sans compter l’absence de structures adaptées pour l’encadrement des producteurs.

Pour que ces derniers puissent tirer le plus de profit possible de leurs vergers, il leur faut plus de soutien des pouvoirs publics, des collectivités territoriales comme du pouvoir central, selon M. Faty.

Il y a par exemple besoin de pistes de production ‘’dignes de ce nom’’ pour désenclaver certains villages, malgré les efforts fournis par l’Etat dans ce domaine, par le biais de l’Agence nationale pour la relance des activités économique et sociales en Casamance, relève Moustapha Faty.

En attendant, les producteurs de la zone de Kafountine travaillent à mettre en place une coopérative devant les regrouper, pour des solutions plus adaptées à leurs problèmes, qui vont du besoin de formation à l’écoulement des productions.

Leave a reply