«L’Afrique a pris une position extrêmement courageuse pour défendre bien entendu ses intérêts», le ministre Abdou Karim Sall décryptant le «pacte de Glasgow»

0
283

Le ministre de l’environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, a présidé hier, vendredi 26 novembre 2021, un atelier de restitution des résultats de la COP26, qui s’est déroulé du 1er au 13 novembre à Glasgow, en Ecosse. Cette rencontre internationale a été selon le ministre Abdou Karim Sall, l’occasion pour le Sénégal de réaffirmer encore une fois son leadership sur le plan africain et sur le plan mondial.

«Je commencerai d’abord par l’article 6 de l’accord de Paris, qui a été discuté. Parce que l’article 6 de l’accord de Paris comme vous le savez lors de la COP25 tenue à Madrid en 2019, avait fait l’objet de discussion mais avait également fait objet de report pour que nous puissions lors de la COP26, épuisé cette question importante qui est intimement liée au financement de l’adaptation», a d’emblée indiqué le ministre de l’Environnement, Abdou Karim Sall.

A cet effet, souligne le président de la CMAE «L’Afrique a pris une position extrêmement courageuse pour défendre bien entendu ses intérêts ». Pour rappeler l’article 6 de l’accord de Paris parle de mécanisme de financement du fonds d’adaptation. Ce mécanisme de financement du fonds d’adaptation est issu du protocole de Kyoto qui est l’ancêtre de l’accord de Paris».

Abordant par ailleurs, les deux variantes de ce point important que constitue l’article 6 de l’accord de Paris, le ministre Abdou Karim Sall renseigne que «la première position africaine était bien entendu dans le cadre de l’article 6.4, qui concerne le financement par les mécanismes des Nations-Unies en termes de prélèvement. Je rappelle que le protocole de Kyoto dans ces mécanismes avait prévu un financement de 2 %. Ce que les pays africains avaient estimé et jugé insuffisant pour pouvoir renflouer ou renforcer le fonds d’adaptation qui devait être renforcé à partir des prélèvements».

«Ça été extrêmement difficile. Ce qui veut dire qu’après discussion, il a été retenu que les pays développés fassent des contributions exceptionnelles, volontaires pour pouvoir rehausser le niveau de ce fonds. C’est à ce titre que plus de 256 millions de dollars ont été mobilisés. Et il faut souligner que les Etats-Unis, pour la première fois, ont contribué à hauteur de 50 millions de dollars à titre de don pour venir renforcer ce fonds qui est aujourd’hui à 350 millions de dollars et qui passe du simple au double», a-t-il révélé.

Par ailleurs, poursuit le ministre «la deuxième variante de l’accord de Paris, qui a aussi suscité beaucoup de débats, c’est le 6.2. Le 6.2 passe par des mécanismes bilatéraux. Et cette fois ci, on n’utilise pas les mécanismes des nations-unies. Et les pays européens avaient défendu que pour ce processus, ils n’entendaient pas accepter qu’on fasse des prélèvements au même titre que le 6.4. Ils voulaient qu’on opère des contributions volontaires».

«L’autre point qui a fait l’objet de discussion, c’est la spécificité de l’Afrique, pour faire prévaloir sa vulnérabilité. Ce point n’a pas trouvé de consensus, sauf que nous avons réussi en tant que pays africains car nous avons reçu le mandataire du président de la COP, réunion que j’ai moi-même présidé. Nous avons dit que cette question, à défaut d’être inscrite dans les rapports, doit faire l’objet d’un report lors de la COP26-27 qui se tiendra en Egypte», conclut-il.

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE)

Comments are closed.