L’Afrique de l’Ouest confrontée à une crise des armes légères : pourquoi certains pays parviennent-ils mieux à la gérer que d’autres ?

0
412

Les recherches ont montré qu’à l’échelle mondiale, les armes légères augmentent la probabilité, l’intensité et la durée des conflits.

Les armes légères et de petit calibre sont responsables de la plupart des décès liés aux conflits sur le continent africain. On estime que 100 millions d’armes légères circulent en Afrique. Environ 8 millions sont entre les mains d’acteurs non étatiques en Afrique de l’Ouest.

En 1998, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a établi le premier moratoire au monde sur les armes légères et de petit calibre. Il est devenu une convention juridiquement contraignante en 2006.

Dans un récent article, j’ai évalué la manière dont les membres de la CEDEAO ont appliqué la convention sur les armes légères et de petit calibre. Le respect de la convention varie d’un pays à l’autre et l’article s’intéresse à la légitimité politique nationale pour expliquer ces différences.

J’ai utilisé les études de cas du Ghana et de la Côte d’Ivoire pour appuyer cette explication.

L’étude a révélé que la légitimité politique nationale était primordiale pour une application et un respect efficaces. La légitimité influence le comportement des États et des groupes nationaux. Un manque de légitimité peut conduire à des achats illégaux d’armes légères et de petit calibre.

Les résultats suggèrent que la légitimité politique est importante pour la capacité des États à mettre en œuvre des accords de sécurité collective tels que celui sur les armes légères et de petit calibre. Les membres de la CEDEAO qui ont des problèmes de légitimité doivent être soutenus dans la mise en œuvre, car ils ne peuvent pas le faire individuellement.

LA LEGITIMITE DE L’ETAT COMME FACTEUR DE DIFFERENCIATION

Lorsqu’un État est considéré comme légitime, c’est parce que ceux qui détiennent le pouvoir l’ont obtenu par des moyens largement acceptés et l’exercent de façon légitime. Un État légitime est légal et a le pouvoir de donner des ordres. Les citoyens leur obéissent parce que les dirigeants ont une autorité morale. La légitimité d’un État passe par l’intégrité des élections le degré d’adhésion des populations envers les gouvernements qui les représentent.

Lorsqu’un État n’agit pas de manière légitime, il s’ensuit une opposition politique organisée et des luttes armées soutenues ou des insurrections. Lorsqu’un gouvernement ne bénéficie pas d’un soutien populaire, il recourt à des tactiques d’intimidation, comme l’obtention illégale d’armes légères et de petit calibre, pour gouverner.

J’ai examiné les tendances de la Côte d’Ivoire et du Ghana en matière de respect des règles et le rôle de la légitimité de l’État. Ces pays sont voisins et ont de nombreux points communs, mais ils diffèrent sur deux points : leur légitimité nationale et leur bilan en matière de mise en œuvre de la convention sur les armes légères de la région.

J’ai évalué le respect de la convention en examinant les mesures prises par les pays pour lutter contre la production et la possession illégales d’armes.

COTE D’IVOIRE

La Côte d’Ivoire est l’un des pays qui a le plus violé les conventions sur les armes légères.

Par exemple, entre 2000 et 2011, le gouvernement de Laurent Gbagbo a acheté des armes de manière éhontée en utilisant des documents illégaux. Les experts en armement des Nations unies ont découvert de vastes quantités de munitions et d’armes que le gouvernement de Gbagbo avait achetées illégalement. Une société liée à des personnes nommées par Gbagbo a illégalement vendu au gouvernement des armes d’une valeur de 16,3 millions de dollars.

Les achats légaux ont également augmenté brusquement, représentant plus de 50 % des armes légères importées dans la région pour la seule année 2003.

Le non-respect de ces règles par le gouvernement de Gbagbo correspondait à des problèmes de légitimité interne. Les crises de légitimité liées aux processus électoraux ont provoqué les première et deuxième guerres civiles ivoiriennes entre 2002 et 2011, augmentant la demande d’armes légères. Gbagbo, sous le contrôle duquel le régime de la convention sur les armes légères a été mis en place, a choisi de ne pas l’appliquer en raison de sa faible légitimité politique.

L’affaiblissement de la légitimité politique en Côte d’Ivoire a fait dévier le respect de la convention en détournant l’attention de Gbagbo et en réorientant l’énergie de l’opposition vers la conquête du pouvoir politique, qui nécessite davantage d’armes.

Gbagbo a contesté les résultats des élections de 2010, remportées par Alassane Ouattara. Il a acheté plus d’armes illégalement pour s’accrocher au pouvoir politique. En réponse, les combattants de Ouattara ont lancé une offensive militaire pour chasser Gbagbo du pouvoir.

Les combattants de Ouattara ont sollicité des armes légères illicites auprès de fournisseurs étrangers et des voisins. Lorsque les forces loyales à Ouattara sont sorties victorieuses, les rebelles élevés au rang de commandement militaire ont utilisé des armes illégales, tandis que les troupes loyales à Gbagbo ont combattu l’État à partir de bases situées au Liberia.

En Côte d’Ivoire, l’illégitimité politique s’est transformée en violence territoriale, mettant à mal le respect des règles par le pays.

GHANA

Au Ghana, il n’existe aucune preuve connue de l’achat illégal d’armes par les autorités ghanéennes ou des groupes organisés. Mon argument est que cela est dû à la légitimité relativement forte de l’État et de ses institutions.

Certains Russes et Ukrainiens auraient enregistré des sociétés écrans au Ghana et ont tenté d’utiliser des en-tête falsifiés des ministères ghanéens de la Défense et des Affaires étrangères pour vendre des armes en 2003. Ces tentatives ont toutefois été déjouées.

Depuis qu’il a adhéré à la convention de la CEDEAO, le Ghana a connu une stabilité politique accrue et une consolidation démocratique. La légitimité relative de l’État ghanéen repose sur la volonté de l’élite de réguler la concurrence pour le pouvoir politique.

La gestion consensuelle et efficace des différences sociales et des processus électoraux peut expliquer l’absence de crise de légitimité de l’État. La stabilité relative du Ghana minimise le recours aux armes.

Bien que le Ghana ait connu un taux de conformité élevé au niveau national, le pays dispose d’un marché artisanal des armes très développé. Les gens fabriquent des armes au Ghana et les vendent à des acheteurs dans d’autres pays où la légitimité de l’État a été remise en question.

CONCLUSION

En Côte d’Ivoire, les problèmes de légitimité interne ont alimenté les comportements de recherche d’armes légères et de petit calibre par des groupes étatiques et non étatiques. Au Ghana, l’application de la convention sur les armes s’est avérée plus efficace en raison de la légitimité nationale du pays.

Les résultats suggèrent que dans les régions troublées comme la zone de la CEDEAO, les caractéristiques nationales de l’État ont une incidence sur l’application des régimes de sécurité collective au niveau de l’État et, au niveau régional, sur leur succès global.

Daniel Banini

Researcher and analyst, Eastern Illinois University

THECONVERSATION.COM

Leave a reply