L’Afrique n’a pas à choisir entre la croissance économique et la protection de l’environnement: comment les deux peuvent aller de pair

0
510

L’aéroport d’Heathrow, au Royaume-Uni, consomme actuellement plus d’énergie que l’ensemble de la Sierra Leone, un pays d’Afrique de l’Ouest. Bien que l’Afrique représente moins de 4 % de l’ensemble des émissions mondiales de gaz à effet de serre, bon nombre de ses pays sont confrontés à des menaces importantes liées au changement climatique, notamment l’augmentation des sécheresses, des inondations, des vagues de chaleur et des mauvaises récoltes potentielles.

Le changement climatique coûte au continent 5 à 7 milliards de dollars par an, un chiffre qui devrait atteindre 50 milliards de dollars d’ici 2030.

Selon les estimations, son impact pourrait faire passer 50 millions d’Africains sous le seuil de pauvreté, tandis que 100 millions risquent d’être déplacés. Dans le même temps, environ 600 millions de personnes en Afrique n’ont toujours pas accès à l’énergie qui est enssentielle pour le développement économique.

Il est primordial de s’attaquer au double impératif du développement durable – répondre aux besoins du présent sans impact négatif sur l’avenir – et de la croissance économique en Afrique. Il s’agissait d’un thème central du premier Sommet africain sur le climat, qui s’est tenu à Nairobi en septembre dernier. Cependant, ces défis sont généralement perçus comme diamétralement opposés et souvent abordés séparément. Cette conversation doit changer. Nous devons reconnaître que le développement durable et la croissance économique sont interdépendants – l’un ne va pas sans l’autre.

D’après mes recherches sur le rôle des entreprises multinationales dans le développement des marchés émergents au cours de la dernière décennie, ce qui manque dans les débats, ce sont des réponses à la question à laquelle sont confrontés de nombreux pays africains riches en matières premières : doivent-ils utiliser leurs ressources naturelles pour le développement et préserver l’environnement, ou doivent-ils chercher une alternative qui reconnaisse que le développement durable et la croissance économique sont interdépendants ?

L’économie de l’Afrique dépend fortement de l’extraction des ressources naturelles, notamment du pétrole, du gaz et des minéraux tels que le cuivre, le cobalt, l’or et les diamants.

En fait, 45 économies africaines dépendent déjà des exportations de matières premières, y compris des combustibles fossiles. Pourtant, elles subissent des pressions croissantes pour tourner le dos à cette source de revenus potentiellement lucrative.

Plutôt que d’avancer l’argument simpliste selon lequel toute activité extractive est mauvaise, il convient de se demander comment extraire des ressources tout en causant un minimum de dommages à l’environnement.

CONTOURNER LES REPONSES SIMPLISTES

Les Africains réclament, non sans raison, le même type d’opportunités économiques que celles dont jouissent les habitants des pays du Nord. Mais c’est là que réside le problème. Pour y parvenir, la solution la plus évidente pour de nombreux pays africains est d’adopter le modèle de développement économique employé par les pays développés actuels. Cela signifie qu’ils doivent exploiter les ressources naturelles importantes et relativement inexploitées qui se trouvent à l’intérieur de leurs frontières.

Comme l’a dit l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo lors de la Semaine africaine de l’énergie 2023,

Où est la justice quand vous utilisez ce que vous avez à votre disposition (les combustibles fossiles), mais que nous (les Africains) ne pouvons pas l’utiliser ? Vous voulez nous maintenir dans la position habituelle de sous-développement. Nous refusons cela !

La réalité dans de nombreux pays africains est que l’utilisation des matières naturelles présentes sur leur territoire est cruciale pour la poursuite de leur développement économique.

Beaucoup ont affirmé que l’Afrique peut devenir un centre industriel vert pour exploiter ses ressources en énergie renouvelable et mener la charge vers la décarbonisation. Mais pour réaliser cette transformation technologique et construire les batteries, les panneaux solaires et les véhicules électriques nécessaires, il faut des matières premières.

Les entreprises doivent trouver de meilleurs moyens d’extraire les ressources tout en causant un minimum de dommages à l’environnement.

La bonne nouvelle, c’est que c’est déjà le cas. Des sociétés minières comme KoBold Metals, soutenue par Bill Gates, utilisent désormais l’intelligence artificielle pour prédire l’emplacement des gisements, minimisant ainsi les effets négatifs sur l’environnement des forages d’essai.

Les entreprises explorent également le potentiel de la technologie d’extraction par trou de serrure pour réduire le besoin de mines à ciel ouvert, dont l’impact sur l’environnement est important.

LE DEFI DU CONTEXTE

Pour réussir, une révolution verte a besoin d’argent, d’innovation et de technologie. Elle doit également répondre aux besoins spécifiques de chaque pays et même de chaque personne. En d’autres termes, le lancement d’une révolution verte est coûteux et dépend du contexte.

Les technologies vertes ont généralement été conçues, testées et mises en œuvre dans les pays développés.

L’énergie solaire fonctionne si votre pays dispose d’un réseau énergétique fiable et étendu, capable de stocker et de distribuer efficacement l’énergie produite. Elle n’est pas très pratique lorsqu’elle est appliquée à un pays qui sort d’une période de guerre civile et dont le réseau énergétique est limité, endommagé ou inexistant.

Prenons l’exemple de l’installation de lampadaires solaires au Nigeria. L’idée semble excellente et utilise une technologie qui fonctionne ailleurs. Pourtant, elle s’est avérée inefficace dans la pratique. Il ne s’agit pas d’un cas isolé.

Une étude de 2017 révélé certaines des causes communes d’échec des initiatives en matière d’énergie renouvelable en Afrique subsaharienne. L’étude a analysé 29 projets financés par des fonds publics dans dix pays, allant de l’électrification d’institutions publiques et de l’éclairage public solaire à l’électrification rurale par micro-réseau.

L’étude a révélé que les facteurs communs contribuant à l’échec comprenaient les agendas politiques, les failles dans le processus d’attribution des projets, la coopération insuffisante des parties prenantes, les problèmes de planification et de mise en œuvre des projets, l’absence de maintenance efficace et les défis liés à l’acceptation et à l’inclusion du public. Les deux derniers points soulignent l’importance du contexte local dans les projets verts.

LE TEMPS ET L’ARGENT

Les grandes solutions durables telles que les parcs éoliens, les réseaux de transport public ou les centrales géothermiques ne sont pas non plus à la hauteur lorsqu’elles sont considérées sous un angle plus local. Dans de nombreux pays en développement, les besoins en énergie peuvent être aussi localisés et immédiats qu’une personne se rendant dans la forêt pour ramasser du bois afin de cuisiner son repas du soir. Les grands projets prennent du temps que ceux qui ont besoin d’énergie maintenant n’ont tout simplement pas.

Vient ensuite la question de la mobilisation des investissements extérieurs pour ces projets. La Déclaration de Nairobi sur le changement climatique, signée lors du Sommet africain sur le climat en septembre 2023, appelait à multiplier par six les capacités en matière d’énergies renouvelables sur l’ensemble du continent. Pourtant, selon un rapport publié en 2022 par la Climate Policy Initiative, l’Afrique n’a reçu que 12 % des financements dont elle a besoin pour faire face aux impacts climatiques. Cela s’explique, en partie, par les inquiétudes concernant le risque d’investir sur le continent.

IMPLIQUER LES PARTIES PRENANTES CONVENABLEMENT

Il est également important que le développement « vert » profite au plus grand nombre possible de parties prenantes locales. Bien que l’on attende évidemment des gouvernements qu’ils mènent cette conversation, les entreprises doivent partager cette responsabilité.

J’ai déjà écrit sur la façon dont les entreprises peuvent mieux communiquer avec les différentes parties prenantes. Il est également essentiel qu’elles comprennent correctement leurs différents besoins et les contextes dans lesquels vivent les parties prenantes.

Les différences dans la manière dont les gens se procurent de la nourriture, un abri et de l’énergie peuvent être considérables, même dans un seul pays. Un plan unique ne fonctionnera pas nécessairement pour tout le monde.

Trop souvent, les entreprises se trompent dans leurs hypothèses sur ce que les parties prenantes veulent et ce dont elles ont besoin pour améliorer leur vie.

Dans les pays en développement, très peu de personnes vont acheter un fourneau écologique parce qu’il est meilleur pour l’environnement. En revanche, ils l’achèteront s’il leur facilite la vie. La seule façon de comprendre les besoins des gens est de les intégrer dans le processus dès le départ. Les entreprises doivent concevoir des produits et développer des solutions durables. Mais ils doivent aussi être pratiques et répondre à des besoins spécifiques.

CREER DE NOUVELLES VOIES POUR LA DURABILITE

Alors que les pays du monde entier cherchent à poursuivre leur développement économique, ils doivent également faire face à l’impact croissant du changement climatique.

Il n’est pas possible de se contenter d’un seul modèle de développement économique durable. Il est important de :

  • prendre en compte les défis régionaux et locaux
  • écouter les voix et les besoins des acteurs locaux
  • d’accepter que le développement durable ait des significations différentes selon les personnes.

theconversation.com

Leave a reply