L’Assemblée nationale déclenche le compte à rebours pour levée de l’immunité parlementaire des députés Biaye et Sall

0
162

Le bureau de l’Assemblée nationale déclenche le compte à rebours de la procédure de levée de l’immunité parlementaire des députés Boubacar Villiemmbo Biaye et Elhadj Mamadou Sall cités dans l’affaire de trafic de passeports diplomatiques. Dans un communiqué rendu public à l’issue de sa rencontre tenue le lundi dernier,  le bureau de l’Assemblée a  annoncé une séance plénière sur la ratification de la liste des membres de la Commission ad hoc chargée de statuer sur la demande de levée de l’immunité parlementaire des députés sus visés pour le vendredi 22 octobre 2021 à 10 H 00.

La procédure de levée de l’immunité parlementaire des députés Boubacar Villiemmbo Biaye et Elhadj Mamadou Sall cités dans l’affaire de trafic de passeport diplomatique est en marche. A peine installé le jeudi 14 octobre, lors de la plénière d’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale de l’année 2021-2022, le bureau de l’Assemblée nationale qui s’était réuni avant-hier, lundi 18 octobre, pour examiner la demande de levée de l’immunité de ces deux députés adressée au président de l’Assemblée nationale par le ministre de la Justice, a sans surprise déclenché le compte à rebours de ce processus. Ainsi, dans un communiqué rendu public à l’issue de cette rencontre, il est annoncé que les « députés sont convoqués en séance plénière le vendredi 22 octobre 2021 à 10 H 00 ». L’’ordre du jour de cette plénière poursuit ce document, « porte sur la ratification de la liste des membres de la Commission ad hoc chargée de statuer sur la demande de levée de l’immunité parlementaire des députés Boubacar Villiemmbo Biaye et Elhadj Mamadou Sall».

Mis à jour par des éléments de la Division des investigations criminelles, à la suite de plaintes déposées contre un nommé El Hadji Diadji Condé, les premiers éléments de l’enquête publiés dans la presse avaient révélé que 14 certificats de mariages portant le nom des députés mis en cause ont été identifiés à la suite d’une percussion chez Condé. Neuf (09) autorisations parentales, sept (07) relevés de comptes bancaires, dix-neuf (19) extraits de naissance et treize (13) relevés authentiques de leurs indemnités parlementaires ont été également retrouvés lors de cette fouille. Dans un communiqué rendu public, le 22 septembre, l’Assemblée nationale qui s’était emmurée dans un silence assourdissant depuis l’éclatement de cette affaire, avait indiqué que les deux députés, «à l’occasion d’une rencontre avec le président de l’institution, avaient « accepté, sans hésiter, de répondre à toute convocation des services chargés de la phase de l’enquête préalable, sans attendre la levée de leur immunité parlementaire, lorsque cette mesure sera demandée par le ministre de la Justice ».

Le jeudi 14 octobre dernier, le président de l’Assemblée nationale était encore monté au créneau pour préciser qu’il veillerait personnellement, à chaque étape, avec toutes les instances compétentes et les députés concernés de cette procédure de levée de l’immunité parlementaire. « J’y veillerai personnellement et il n’y a rien à cacher », a-t-il précisé avant de faire remarqué.

« Maintenant cela dit, le député est un citoyen.  Il est responsable de son comportement devant la loi et la Justice. L’Assemblée ne peut pas aller chez chaque député pour savoir quel thé il boit le matin ou quel café il boit avant de s’endormir ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply