LdC : Lautaro Martinez envoie l’Inter en finale !

0
523

L’Inter avait fait le plus dur au match aller en s’imposant 2-0 « à l’extérieur » face à son voisin. Il fallait terminer le travail, toujours à Giuseppe Meazza, afin de revenir en finale pour la première fois depuis 2010. On ne change pas une équipe qui gagne et Simone Inzaghi alignait le même onze qu’à aller. À l’inverse, les Rossoneri, en difficultés depuis quelques semaines, effectuaient trois changements avec l’entrée dans le onze de départ de Thiaw en défense centrale, Messias sur le côté droit de l’attaque, et du grand absent de la semaine passée, Rafael Leao.

Dans cette nouvelle composition, les ouailles de Stefano Pioli attaquaient le match par le bon bout, à l’image de cette tentative lointaine de Theo Hernandez (5e) puis de cette remise de la tête de Giroud devant la sortie ratée d’Onana (10e). Ce bon début n’était que de courte durée car après des premières minutes hésitantes, l’Inter prenait l’ascendant. Barella mettait même Maignan à contribution (13e). Le rythme baissait un peu en intensité, la faute à quelques approximations techniques et à un AC Milan qui avait de plus en plus de mal à s’approcher du but d’Onana.

L’AC Milan trop impuissant

Les petits contacts et les fautes cassaient la dynamique d’un match de moins en moins emballant, jusqu’à cette percée de Leao sur le côté gauche. Entré dans la surface, le Portugais manquait le cadre d’un cheveu d’une frappe trop croisée (38e). Lautaro Martinez répondait dans la foulée, d’abord par une tête repoussée par Maignan (39e) puis en frappant au-dessus (41e). Empreinté durant ce premier acte, Il Diavolo devait changer les choses pour forcer le destin mais le retour des vestiaires ne donnait aucun indicateur en ce sens. Et pour ne rien arranger, Thiaw, blessé, cédait sa place à Kalulu.

L’Inter, elle, affichait un banc bien plus qualitatif avec les entrées de Gosens et Lukaku. Quand Leao et Tonali baissaient le pied et accumulaient les erreurs techniques, le Belge réalisait des différences balle au pied. C’est même lui qui décalait Lautaro Martinez dans la surface pour le but de l’Argentin d’un tir puissant au premier poteau (1-0, 74e). Incapable de se montrer dangereux, et gagner par la frustration, l’AC Milan devait inscrire trois buts en 15 minutes. Une mission impossible à remplir et c’est bien l’Inter la première équipe qualifiée pour la finale de la Ligue des Champions le 10 juin prochain à Istanbul.

Leave a reply