Le Congrès américain paralysé par l’incapacité des républicains à élire un «speaker»

0
690

Après deux jours de votes et six tours de scrutin, la Chambre des représentants à majorité républicaine ne s’est toujours pas trouvé un président pour remplacer la démocrate Nancy Pelosi.

Aucune des deux factions républicaines n’est prête à reculer. Et l’image qui est souvent employée ici, c’est que c’est comme se défier mutuellement du regard, en attendant que l’autre finisse par baisser les yeux. Sauf que jusqu’ici, personne ne craque, pas le moindre clignement de paupière. Kevin McCarthy, soutenu par le plus grand nombre des élus républicains pour remplacer Nancy Pelosy, ne manifeste aucune intention de renoncer malgré les camouflets successifs, et les ultra-conservateurs, qui disent vouloir une autre façon de diriger, non plus.

Même l’appel de Donald Trump à choisir Kevin McCarthy n’a pas pu convaincre ces conservateurs extrêmes, jusqu’au-boutistes même. Certains, qui ont été élus dans le sillage de l’ancien président, se sont même permis de lui suggérer de changer de position. Cela en dit long sur la perte d’influence de Donald Trump sur le parti depuis les élections de mi-mandat. Avant les résultats – décevants –, il semblait avoir le parti républicain à sa main. Il semble désormais hors de contrôle.

Une vingtaine de voix manquantes

Trois fois mercredi, un vote a été organisé. Et trois fois Kevin McCarthy a obtenu 201 voix, loin des 218 nécessaires. Trois fois son opposant ultra, le représentant de Floride, l’Afro-Américain Byron Donalds a obtenu 20 voix, celles qui manquent à Kevin McCarthy qui en est donc à six échecs d’affilée. Ces élus de la frange la plus conservatrice du parti profitent de la très fine majorité républicaine décrochée aux élections de mi-mandat de novembre pour poser leurs conditions. Et à chaque fois, le candidat démocrate Hakeem Jeffries a fini en tête, sous l’œil satisfait et amusé des siens.

Le président démocrate Joe Biden a qualifié cette situation d’« embarrassante », assurant que « le reste du monde » suivait de près la pagaille au Congrès.

Il va pourtant bien falloir que quelque chose bouge. Cela pourrait arriver au cours de discussions en coulisses. À deux reprises, la séance a été suspendue. Elle doit reprendre ce jeudi midi, heure de Washington. Les rebelles laissent entendre que de bonnes idées commencent à émerger. Certains soutiens de Kevin McCarthy admettant à demi-mots que peut-être un changement de candidat pourrait débloquer la situation.

Dans le Kentucky, Joe Biden vante l’efficacité des politiques bipartisanes

Sous un soleil éclatant, l’image de Joe Biden et Mitch McConnell en visite côte à côte dans le Kentucky était parfaite pour la Maison Blanche au moment où les républicains étalent leur division au Congrès. Le président américain démocrate et le très influent sénateur de cet État et leader des républicains au Sénat ont vanté l’efficacité du bipartisanisme en politique en visitant un pont rénové grâce au gigantesque plan d’infrastructures de Joe Biden voté avec un large soutien républicain.

Joe Biden et Mitch McConnell ont inauguré la rénovation du Brent Spence Bridge, ce vieux pont reliant le Kentucky et l’Ohio, devenu au fil des ans l’un des pires symboles de la vétusté des infrastructures américaines, constamment congestionné, souvent fermé à la circulation. Une rénovation permise grâce aux fonds fédéraux du gigantesque plan infrastructure de 1 000 milliards de dollars voté il y a plus d’un an par les deux bords politiques.

« Un miracle législatif », a salué le sénateur du Kentucky, symbole de l’efficacité des politiques bipartisanes, qui permet à Joe Biden de soigner son image de bâtisseur. Un président capable de construire de vrais ponts au propre comme au figuré avec les républicains. « Nous pouvons travailler ensemble, nous pouvons faire avancer ce pays, a dit Joe Biden, à condition de laisser nos égos de côté. »

Rfi.fr

Leave a reply