Le CSE ouvre ses portes à des jeunes filles pour susciter des vocations

0
656

(APS) – Le Centre de suivi écologique (CSE) a ouverts ses portes mercredi aux jeunes filles afin de susciter des vocations dans les métiers liés aux sciences spatiales à l’occasion de la Journée international du droit de la femme, a constaté l’APS.

Organisée dans l’enceinte du Centre de suivi Ecologique (CSE), cette journée a enregistré la participation de plusieurs femmes et de de jeunes filles élèves d’établissements scolaires, de collèges, et de lycées de Dakar.

‘’Au  CSE, nous avons décidé d’organiser cet événement pour les femmes du niveau supérieur et des jeunes filles des écoles primaires et lycées pour qu’elles puissent être en contact avec les sciences spatiales’’, a déclaré son directeur général Dr Cheikh Mbow.

Il s’entretenait avec des journalistes à d’ouverture de cette journée portes ouvertes organisée sur le thème : ‘’Pour un monde digital inclusif : innovation et technologie pour l’égalité des sexes’’.

‘’La méconnaissance des applications des sciences spatiales a motivé le CSE à ouvrir ses portes pour expliquer à cette panoplie de jeunes filles des séries scientifiques  que la technologie spatiale est à portée de main’’, a-t-il expliqué.

Il a souligné que les sciences spatiales constituaient un domaine assez pointu mais pas compliqué.

‘’C’est un domaine assez englobant qui permet d’avoir une récurrence d’observations régulières et adaptées à des processus qui changent très rapidement comme les processus environnementaux’’, a-t-il ajouté.

Le directeur général du CSE a appelé les jeunes filles à faire des études dans les sciences spatiales afin de prétendre à l’avenir faire des carrières dans les métiers du spatial.

 ‘’C’est un métier d’avenir et il est important que les futures générations puissent s’intéresser à ce type de métier’’, a plaidé M. Mbow.

La coordonnatrice de programme au CSE, Mariéme Diallo, a souligné que les technologies spatiales offraient d’énormes opportunités pour le développement économique au Sénégal.

L’utilisation des cartes spatiales des sols a permis de régler les conflits entre éleveurs et agriculteurs du département de Kaffrine sur l’occupation de l’espace, a-t-elle fait valoir.

La Journée sera clôturée par une conférence sur les outils digitaux, la transformation digitale, l’utilisation des sciences spatiales pour accélérer le développement économique et spatiale du Sénégal à l’Université Cheikh Anta de Diop (UCAD2).

 Le Centre de suivi Ecologique a vu le jour en 1993. Il participe à l’élaboration de l’ensemble des politiques étatiques dans le domaine écologique.

Leave a reply