Le démarrage de l’Universite Souleymane Niang de Matam prévu en octobre 2024 (ministre)

0
92

(APS) – La cohérence veut que l’Université de Matam soit ’’une université multisites’’, qui va démarrer en octobre 2024, une option entérinée par un Comité régional de développement (CRD) tenu vendredi, a-t-on appris du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Cheikhou Oumar Anne.

En tenant compte des standards au niveau national et international, ce CRD « a accepté la cohérence qui consistait de faire de l’Université de Matam une université multisites, et s’est approprié la proposition de faire démarrer cette université à partir d’octobre 2024 », a-t-il dit.

Il s’exprimait à la fin d’un comité régional de développement (CRD) portant sur le démarrage des travaux d’édification de l’Université Souleymane-Niang de Matam.

Dans le programme présenté au cours de ce CRD, « on a une université qui démarre en 2024 et qui monte en puissance pour atteindre, dans un temps que nous évaluons sur dix ans, 30 mille étudiants ».

Selon Cheikhou Oumar Anne, ce CRD « s’est félicité de la qualité du travail » de l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar (UCAD), « à qui le président de la République avait confié la tutelle académique de l’université Souleymane-Niang de Matam’’.

La rencontre a également félicité « le recteur pour la qualité de son management dans le respect des délais fixés par le président de la République », a-t-il ajouté.

Le CRD s’est de même félicité de ce que « les filières académiques proposées prenaient en compte les potentialités et les ressources qui existaient dans la zone, et tout cela montre aujourd’hui qu’on a fait un pas important en direction du démarrage des enseignements à l’Université de Matam à partir de 2024, en couvrant toute la zone du nord à partir de Podor jusqu’à Bakel », a rapporté le ministre de tutelle.

Cheikh Oumar Anne estime par ailleurs que les populations se sont appropriées ce projet dont elles soulignent « la pertinence », faisant valoir que cette université « répond aux objectifs de développement économique et social de notre pays ». 

D’autant que « le renforcement de notre système d’enseignement supérieur va davantage positionner notre pays dans le cercle des nations qui se développent par la science et par le savoir », a-t-il conclu. 

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :